Plus value boursière

Il existe essentiellement deux façons de générer des plus values boursières.

Soit en achetant une action et la conserver sur une durée assez longue et profiter de sa hausse au fil du temps.

Soit en achetant une action à son démarrage ou du faite d’un accroissement brutal de son chiffre d’affaires.

Le premier cas consiste à acheter des actions de valeur et qui bénéficient d’un historique solide. On peut citer par exemple, Coca Cola ou Colgate Palmolive…

Ou encore des actions de croissance comme celle d’Apple.

Le deuxième cas réside dans l’écoute de l’actualité. Car les gens chanceux savent en profiter et au milieu du fouillis d’informations, ils piochent et détectent ce qui vaut le coup.

Quand la fdj est rentrée en bourse, certains ont sauté sur l’occasion tout comme par exemple avec air bnb.

Concernant Uber, c’est un peu différent car il fallait creuser davantage. En effet, elle existe depuis Mai 2019 mais a véritablement explosé avec le confinement en faisant presque un fois 3.

Donc à tout moment, il est possible de s’enrichir et tirer son épingle du jeu et d’autant que le risque demeure faible dans un cas comme dans l’autre.

Au pire, les actions longues durées qui valent le coup baissent un peu et remontent ensuite.

Celles de court terme flambent au départ par la quantité d’acheteurs importants puis retrouvent ensuite, leurs vrai prix du marché quelque temps plus tard. Mettre une limite de prix de vente peut s’avérer également une option payante tout comme revendre sans trop tarder.

Au milieu du brouillard se cache souvent de belles étoiles qui n’attendent que vous pour les attraper.

Ne tardez pas et tentez aussi votre chance.

Publié dans Bourse, Efficacité, Générer argent, Investir, Plan du site | Laisser un commentaire

Les 4 profils

En matière de profil, on en distingue en général 4 types.

Il existe des gens dans le contrôle, d’autres dans l’analyse, certains dans la persuasion et enfin des rêveurs.

En vérité, il n’existe pas de bon ou mauvais profils et on ne peut pas dire que untel est mieux que tel autre.

Par exemple, dans un management collaboratif à plusieurs, les 4 profils peuvent se représenter car ils se complètent mutuellement.

On peut s’orienter également dans une voie professionnelle en fonction de ceux-ci.

Il s’avère toutefois dommage de remarquer des erreurs en terme de management ou choix de carrière. Par ce fait, de nombreuses personnes se trouvent aux mauvais endroits et aux mauvais postes.

Au delà de l’aspect professionnel, on peut utiliser son profil à titre personnel et dans sa vie de tous les jours. Dès lors que l’on identifie qui l’on est, il devient plus simple ensuite d’effectuer de meilleurs choix.

Bien sûr, on ne se trouve jamais totalement ceci ou cela et on a tous un mélange de tous ses profils mais certains prennent le dessus sur d’autres.

En ce qui me concerne, je suis plutôt dans l’analyse, ensuite le rêve, la persuasion et enfin le contrôle.

Je vais expliquer ces profils plus en détail:

– Une personne analyste représente plus l’intériorité. Sa capacité principale concerne la compréhension des situations avant les autres.

Celà lui donne un avantage non négligeable dans l’adaptation aux circonstances diverses et les changements rapides pour y répondre, un peu comme dans un jeu vidéo d’aventure pleins de combats et risques multiples.

Le danger principal reste, qu’elle stagne dans la paralysie analytique et ne passe jamais à l’action.

Un analyste célèbre comme dans le football peut être Zlatan Ibrahimovic qui sait se placer où il faut et quand il faut par rapport au ballon ou autres joueurs et orienter le jeu en conséquence comme lors de son but fameux à l’Ajax.

– La personne rêveuse dispose d’une capacité puissante. Elle va se représenter une chose à l’esprit et la mettre ensuite en application.

Son comportement principal se définit par la visualisation générée par l’imagination et afin d’aboutir à la réalisation de ses souhaits. Elle se veut de type intériorisée.

Le danger principal va être que la personne se complait dans des choses qu’elle imagine et sans jamais, les mettre en pratique.

Leo Messi symbolise ce profil du rêveur. Il ne court pas beaucoup mais observe, construit des images ou des gestes dans sa tête et dès qu’il a le ballon, il sait déjà ce qu’il va en faire même dans l’instantané.

– La personne dans le contrôle sait diriger sa vie et celles des autres mieux que quiconque.

Elle a une attitude qui se porte plus vers l’extérieur.

En fonction de ce qu’elle souhaite pour elle, elle le souhaite pour ce qui l’entoure. Donc elle arrive à se discipliner de telle manière à développer un mode d’action bien précis dans toute situation.

Le principal danger peut se définir dans le manque de liberté à vouloir appliquer stricto sensu, les règles envisagées et demeurer obtus à d’autres modes d’approche tout autant efficace.

Zinedine Zidane ne tient pas que dans le contrôle de balle, son efficacité mais également dans la maîtrise de sa conduite aux pieds, ses passes ou frappes.

– Une personne persuasive par définition arrive à se persuader d’abord elle même et peut ensuite, persuader le monde entier.

Elle se tourne davantage vers l’extérieur.

Face à une opinion ou fait, elle envisage de ne pas être d’accord mais sans pour autant remettre en question l’opinion de l’autre. En vérité, pour elle la persuasion devient un défi ou un jeu et pour mieux trouver ce en quoi elle croit vraiment profondément.

Le danger va résider dans ce que l’on appelle, la tyrannie du chemin de croisade. La personne peut s’enferrer dans des opinions ou idées précises ou arrêtées et vouloir les imposer à tout prix aux autres contre leur gré.

Le footballeur Ronaldinho avait cette capacité indéniable à singer une action comme avec ses flips flaps ou ses passes à l’aveugle.

Maintenant, c’est à chacun d’entre nous d’identifier ce qui nous correspond le mieux et pouvoir spéculer dessus en priorité, sans pour autant ne pas utiliser les autres profils.

Car on peut s’améliorer pour comprendre les choses, mieux se les imaginer, appréhender plus facilement comment agir et savoir développer une forme de séduction instantanée partout où l’on va.

En vérité, il est très rare de rencontrer des gens qui disposent de ses 4 profils et de façon à peu près équivalente.

J’ai cité des joueurs de football ci dessus et avec des capacités spécifiques particulières qui leurs donnent un avantage non négligeable quand ils sont conscients de celles-ci.

On peut toutefois mélanger du mieux possible ses qualités comme certains savent le faire à l’instar de Cristiano Ronaldo ou Kylian Mbappe en football ou le Mahatma Gandhi ou Sadhguru en spiritualité ou développement personnel.

Les deux premiers par exemple, ils n’ont pas la même facilité à analyser que Zlatan, à imaginer que Messi, à contrôler que Zidane ou à feinter que Ronaldinho.

Pourtant, ils sont très forts dans tous ceci ce qui fait d’eux des joueurs à part.

Même si en tant qu’analyste premier, je vois plus Ronaldo comme un top model et Mbappe comme un employé de banque, il faut avouer toutefois qu’ils savent ce qu’ils font dans le domaine qu’ils ont choisis.

Sacrifier aussi son meilleur profil pour miser tout sur son mauvais profil ne constitue pas le meilleur deal qui soit.

Selon moi, le brésilien Ronaldo ou Maradona ont été des joueurs qui ont pris la mauvaise pente.

Le premier qui était surtout un analyste plus qu’un persuasif s’est blessé très grièvement à plusieurs reprises et a pris beaucoup de poids.

Le second qui était plus rêveur que persuasif a trop cherché à convaincre et se laisser convaincre par ses opinions plutôt que continuer de rêver à ses projets de grandeur et il en a payé de sa vie.

J’ai pris ses deux exemples avec la persuasion mais n’importe quel autre exemple vaut tout autant.

Pour réussir, il faut déjà connaître ses qualités principales, les utiliser au mieux et ensuite, accompagner les autres vers la vague du succès.

J’aurais également pu parler des 4 autres façons de comprendre une personne avec les profils actif, intuitif, affectif et rationnel.

Pour mon cas, je suis plus affectif, actif, intuitif et rationnel.

A vous de chercher qui vous êtes et de développer les bonnes pratiques au quotidien.

« Un homme qui persévère finit toujours plus loin qu’un homme ambitieux. »

Publié dans Accomplissement, Développement personnel, Efficacité, Leadership, Motivation, Plan du site | Laisser un commentaire

Remboursement anticipé multi prêt

Il arrive que quand on investit, on peut avoir plusieurs prêts immobiliers croisés.

Dans cette stratégie de remboursement anticipé sans frais, au départ il est possible de se concentrer sur un seul prêt quand on en possède par exemple, deux en cours comme ce qui est le cas pour moi actuellement.

Sur mon premier prêt où il me reste moins de 20 000€ à rembourser, je ne peux plus solliciter une baisse des échéances mensuelles en cas de remboursement et tout en gardant la même durée du prêt.

En effet, le montant de l’amortissement minimum mensuel pour la durée que j’ai choisi ne permet pas de descendre plus en dessous de celui-ci.

Ainsi, il me reste environ 19 100€ à rembourser avec des échéances mensuelles de 111, 37€ et sur une durée initialement choisie de 22 années et qui tombe désormais à 16 ans maximum avec ce solde à rembourser. Donc descendre en dessous de cette durée de 22 ans demeure impossible et si, je souhaite rembourser moins par mois tout en gardant cette option de 22 ans initiale.

J’espère que je me suis bien fait comprendre 😉.

J’ai pressé au maximum, le citron sur ce premier prêt afin d’obtenir la plus petite mensualité possible et sur la durée restante possible, la plus longue. Si je veux rembourser plus, il me faut réduire la durée de l’amortissement initial comme passer à 20 ans ce qui n’est pas intéressant pour moi car cela reviendrai à augmenter le capital mensuel à rembourser.

Je pourrai aussi conserver 22 ans et continuer à rembourser par anticipation mais cela n’apporte rien sur le court terme car le taux d’endettement ne baisse pas plus et j’aurai toujours ces 111€ par mois.

Ma préférence se dirige là où je peux baisser les mensualités donc sur le second prêt et le premier continue de se payer tout seul quand même avec les loyers qui tombent dessus et bien supérieurs.

Car le but consiste en effet, à augmenter ses possibilités d’endettement et non les diminuer.

Sur mon autre prêt, je dispose d’un capital qui reste à rembourser cette fois ci, de 57 000€ sur une durée préalable de 25 ans et j’ai remboursé déjà 5 000€ par anticipation afin de réduire de nouveau, les mensualités.

Toujours afin d’augmenter ma capacité d’emprunt et par la même, gagner plus d’argent sous forme d’actifs nets chaque mois.

On peut parler aussi, de marge brut d’autofinancement avant impôts. Une manière en plus de substituer un salaire à des rentes.

Ma stratégie demeure très simple. J’investis d’abord des sommes en bourse, j’économise, je gagne un maximum d’argent autrement et dès que j’ai suffisamment pour rembourser par anticipation mes prêts, je n’hésite pas.

Il faut savoir que les intérêts d’emprunt et le coût de l’assurance emprunteur se calculent tous deux en fonction du capital restant dû.

Donc si l’on réduit le capital à rembourser, il en vient de même pour les deux autres.

Rien oblige en vérité à rembourser par anticipation voire, jusqu’au terme de celui-ci. On peut s’arrêter avant ou choisir une autre stratégie comme celle des dividendes en bourse.

De plus en plus, j’arrive à cette deuxième stratégie.

La mienne a été au départ, de mettre un maximum d’apport et rembourser au maximum.

C’est ce qui m’a permis de rembourser en entier, mes 4 premiers biens.

Même si l’on habite dans son logement, la banque risque de vous stopper à un moment donné et si le capital restant dû voulu s’avère trop faible par rapport à la durée choisie.

C’est ce qui amène à voter en faveur de l’investissement locatif. Quand on a par exemple, un bien en tant que propriétaire occupant et un deuxième, dans du locatif la marge de manoeuvre demeure beaucoup plus grande.

Conserver toujours au moins deux biens en crédit vaut bien mieux qu’un seul.

On devient rapidement plus riche d’autant que les plus values réalisées sur une résidence principale demeurent exonérées d’impôts.

On peut donc jouer sur les deux tableaux. Acheter un bien pour soi avec travaux et le rénover pour y habiter quelques années. Ensuite, la plus value réalisée peut permettre de rembourser par anticipation une bonne partie de l’autre bien en locatif.

Ou encore, rembourser par anticipation son bien locatif et pour servir d’apport à sa résidence principale et pouvoir chaque mois ensuite, la payer plus facilement.

Si aujourd’hui, je possède six biens locatifs, je me trouve encore avec ces deux biens non payés en entier mais surtout, au regard de la stratégie qu’un seul bien non pressé au maximum.

Cela laisse néanmoins du temps pour en retrouver un autre et recommencer l’opération, si besoin sur du locatif ou partir sur de l’achat en tant que résidence principale qui va se rembourser plus rapidement grâce aux autres biens précédents..

Alors n’attendez pas les bonnes occasions mais créez les vous même.

Publié dans Argent et liberté, Economiser, Efficacité, Générer argent, Immobilier, Investir, Plan du site | Laisser un commentaire

Limiter l’incertitude

La vie en elle-même est faite d’incertitude et réside là dedans.

On peut donc l’accepter ou le refuser, toutefois cela ne change rien au cours du temps qui passe.

Nous disposons pourtant de la possibilité d’accroître la prédictibilité de nos actions et des résultats qui en découlent.

En effet, vouloir réduire l’incertitude permet dans un premier temps, de mieux contrôler tous les éléments vecteurs de fatigue mentale.

Dans un second temps, on arrive à davantage se concentrer sur les éléments importants et sans devoir composer avec trop d’informations et barrières matériels ou physiques inutiles.

Par exemple, si vous connaissez le football alors vous avez déjà certainement entendu parler de Zlatan Ibrahimovic, ce grand joueur suédois originaire des pays de l’est et qui lâche des phrases un peu insolentes.

A son arrivée au Paris Saint-Germain, le premier jour où avec son club, il se déplace à l’extérieur en bus alors une fois dans sa chambre, il ne trouve pas ses valises et demande ainsi à son coéquipier de club, Christophe Jallet si on ne lui a pas volé ou fait une blague. Ce dernier lui répond, qu’elles sont sûrement posées sur le chariot destiné aux bagages des joueurs.

Dans les très grands clubs où il était passé aupavant et que ce soient le Milan, la Juventus ou Barcelone, jamais il n’avait eu à chercher ses valises lui même et les remonter dans l’ascenseur jusque dans sa chambre.

Il s’en étonne du coup, auprès du coach de l’époque, exige que l’on recrute des bagagistes spécialement dédiés à ce service et il obtient gain de cause.

On peut donc se dire, qu’il s’agit là sans doute d’un caprice de riche mais à ce niveau de compétition et pour devenir ou rester le meilleur, les différences se jouent à quelques petits détails. Les six plus grands clubs européens disposent dans leurs effectifs de onze joueurs d’un niveau à peu près similaire et pour s’imposer, il faut savoir au maximum les libérer des tensions mentales ou physiques inutiles afin de les mettre dans un niveau de confort optimal et garder un focus permanent.

Les quatariens ont depuis, retenus la leçon et les joueurs ne risquent plus de se luxer un muscle ou attraper un lumbago.

A tout moment, on peut faire en sorte de moins se soucier et assurer son avenir.

Contrairement à Zlatan, Kobe Bryant le regretté basketteur n’a pas suffisamment appliqué cette règle. Le jour où il a décollé de son hélicoptère avec sa fille, quelques autres personnes et le chauffeur, le temps ne s’y prêtait pas du tout et tous les autres hélicoptères du secteur sont restés cloués au sol sauf celui de Kobe.

A qui la faute? On ne saura sans doute jamais et peut-être que les torts sont partagés ou que le niveau de conscience des gens à ce moment-là, s’est trouvé refroidi par le climat.

En toute circonstance, on peut limiter au maximum le risque même si l’on en prend.

Quand on conduit un véhicule, notre champ de vision doit gérer une vitesse beaucoup plus rapide que lorsque l’on marche ou court donc, il faut mettre en pratique des principes de sécurité essentiels comme respecter des distances, contrôler au maximum les rétroviseurs et angles morts ou faire vérifier sa voiture au moins deux fois par an.

Depuis un moment, j’ai investis en bourse par un courtier en ligne quand il a été récemment racheté par un autre courtier et le changement a été désastreux. Pour ceux qui l’avaient, ils se reconnaîtront certainement. Il a commencé a facturer des frais en plus ou réduire des montants de dividendes, l’interface était très mauvaise, il manquait des informations importantes, le service clientèle mettait beaucoup trop de temps à répondre..

J’ai alors senti que c’était le moment pour moi, de changer de courtier car j’avais trop d’incertitude et ma confiance en lui passait en dessous du raisonnable. Plutôt que de demander un transfert qui allait prendre beaucoup de temps et avec des frais importants sur celui-ci, j’ai tout résilié pour racheter en grande partie sur le nouveau courtier lui bien plus fiable et sérieux.

Quand on manque de certitude, on devient moins efficace et on peut aussi devenir la proie d’autres personnes.

Comme je suis plutôt du type investisseur long terme, je n’aime pas trop que l’on veuille m’imposer des actions et me facturer des opérations que je peux faire moi même.

Dans chaque domaine, vous pouvez trouver des moyens par vous même ou grâce à d’autres personnes, de réduire la charge ou le flou mental et améliorer votre confort mental et physique.

Le contexte actuel implique ceci de plus en plus comme dans l’organisation du travail en entreprise ou à domicile.

Faites vous respecter pour que l’on vous respecte et respectez vous pour également, imposer le respect aux autres.

Publié dans Accomplissement, Argent et liberté, Bourse, Développement personnel, Efficacité, Leadership, Liberté, Motivation, Organisation, Plan du site | Laisser un commentaire

S’enrichir durablement

Aujourd’hui dans cet article, je veux partager avec vous 5 manières de s’enrichir durablement et de manière à faire une différence significative en matière financière et dans votre vie ou celle des autres.

Vivre en dessous de ses moyens:

Cette idée peut paraître simple dans la pratique mais combien de personnes l’appliquent réellement.

Il faut savoir, qu’il reste toujours plus facile de dépenser moins que ce l’on gagne quand on touche 5 000€ ou 10 000€ par mois que 500€ ou 1 000€.

Pourtant, beaucoup demeurent prisonniers de leur style de vie qu’ils cherchent à aligner à leur niveau de revenus. Plus ils gagnent d’argent et plus ils en dépensent autant.

Donc, on doit toujours dépenser moins que ses revenus comme 950€ pour 1 000€, 1 800€ pour 2 000€ ou 4 000€ pour 5 000€..

En vérité, c’est le choix de chacun. Personnellement, même si je gagne 5 000€ ou 50 000€, je ne vais pas dépenser beaucoup plus dans le deuxième cas et pour juste avoir une plus grande voiture ou maison…

Si on touche par exemple 1 500€, on devrait toujours consacrer moins d’un tiers au loyer ou prêt mensuel comme 400€ ou 450€ plutôt que 500€. Parfois, simplement en changeant de quartier, on peut dépenser et disposer de la même surface voire plus grand.

Dépenser moins que le niveau de vie moyen de son environnement proche:

Cette deuxième suggestion s’avère très puissante. En effet, vous pouvez habiter dans les beaux quartiers comme dans les pires banlieues ou encore dans des lieux retirés, le niveau de vie ne va pas être le même.

Néanmoins, rien ne vous oblige à copier ce que font vos voisins, vos amis proches de chez vous ou vos collègues qui touchent le même salaire que vous.

Deux voisins peuvent avoir le même salaire et la même maison et le premier conserve 200 ou 300€ chaque mois, tandis que le deuxième tire toujours sur la corde et tombe souvent à découvert.

Qu’est-ce qui les différencient?

La réponse réside dans le mindset et le mode d’action.

Personnellement, ce n’est pas parce que mes revenus augmentent que je m’achèterai une plus grosse voiture, un téléphone plus cher, des habits beaucoup plus onéreux ou que j’irai faire mes courses dans des grands centres commerciaux.

Même millionnaire, je vais continuer d’aller chez Aldi ou Lidle, garder mon portable tant qu’il fonctionne et en changer pour un prix correct (moins de 500€), m’acheter des vêtements ou chaussures pratiques et d’une qualité raisonnable et rouler en citadine…

On ne doit pas répondre aux sirènes du paraître.

Ne tombez pas dans les tentations:

Trop de gens cèdent aux tentations que ce soit en matière de consommation ou dépendance.

Comprenez bien. Quand vous profitez par exemple des soldes le moment où vous avez vraiment besoin de quelque chose, allez-y.

Toutefois, on confond souvent besoin et envie. On cherche aussi à occuper son temps avec du shopping ou de la cigarette et pour rattraper le temps qui nous manque.

Celui-ci passe quoiqu’il arrive donc on peut choisir la direction de l’abondance ou celle du manque, celle de la richesse ou de la pauvreté, celle de la frustration ou de la liberté.

Tant que l’on ajoute de la prison à de la prison, il demeure impossible de s’enrichir de façon durable.

Acheter des actifs:

Il ne faut pas confondre un actif et un passif.

Par exemple, acheter sa résidence principale implique souvent de devoir conditionner sa vie à travailler et pour rembourser la banque qui elle-même joue avec votre épargne en bourse.

La stratégie de devenir propriétaire dans le but de s’enrichir n’est pas forcément mauvaise à condition, de savoir ce que l’on compte faire d’un achat d’une résidence principale à court ou moyen terme.

On peut aussi s’acheter une voiture d’occasion à 2 000 ou 3 000€ avec un crédit afin de conserver du cash et l’investir en bourse comme sur Apple 😉 et non pour s’acheter un nouveau MacBook pro.

Réinvestir ses profits:

Toute personne riche de façon durable connaît et applique ce principe.

Rien empêche de se faire plaisir avec une partie de ses bénéfices mais pendant un bon moment, il faut savoir réinvestir au maximum ses profits.

Disons que le ratio 20/80 semble s’avèrer plutôt efficace et s’apparenter à une moyenne sur 10, 20, 30 ou 50 ans.. Donc, on peut très bien commencer par 5% de plaisirs et 95% de réinvestissement et lâcher du leste au fil du temps.

Si vous appliquez ces 5 principes, à savoir dépenser moins que ses revenus, vivre en dessous du niveau de vie moyen de son environnement proche, limiter ou réduire les dépenses impulsives et dépendances, acheter des actifs en priorité et réinvestir ses bénéfices, alors vous êtes assuré de devenir plus riche aujourd’hui qu’hier et demain par rapport à aujourd’hui.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est vouloir emporter son argent dans sa tombe donc assurez vous, qu’il ou elle (j’aime l’argent au féminin pour mieux la séduire 😊) génère assez chaque mois et d’en profiter aisément sans devoir craindre pour elle.

Publié dans Argent et liberté, Générer argent, Plan du site, Richesse | Laisser un commentaire

5 idées reçues sur la bourse

Dans cet article, je veux partager 5 idées reçues sur la bourse et qui empêchent les gens d’investir dans ce domaine et passer à l’action.

La première idée reçue, elle concerne la variation de l’action. Beaucoup pensent que quand celle-ci baisse alors on perd de l’argent. Si par exemple, on investit 1 000€ et que l’on se retrouve à 800€ alors c’est 200€ de perte.

Hors cela ne fonctionne pas de cette façon là. Il ne s’agit pas d’une vraie perte d’argent en tant que telle comme si l’on égare un portefeuille.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la bourse repose essentiellement sur l’offre et la demande des actionnaires et des clients de la société. Quand les consommateurs baissent alors l’action peut baisser ainsi que le nombre d’actionnaires qui revendent et inversement.

On peut aussi penser que la bourse fonctionne en terme de pourcentage. Par exemple, si j’investis 1 000€ et que je tombe à 800€ alors je perds 20% et si je veux reprendre 20% de 800€, je ne remonte qu’à 960€ (800×1,20) et qu’il doit y avoir une hause de 25% (800×1,25) pour revenir à 1 000€.

Ceci reste une fausse idée car la société utilise l’argent des actionnaires pour investir dans sa propre activité et quand on revend, ce n’est pas elle qui rachète vos actions (sauf pour la vente à découvert) mais un autre actionnaire.

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’action peut fluctuer à la hausse ou la baisse. Tant que l’on ne vend pas, on ne perd pas ou ne gagne pas.

La deuxième fausse croyance consiste à penser qu’il faut beaucoup d’argent pour commencer à investir comme 3 000€.

En réalité, 100€ ou même 50€ peuvent faire l’affaire. On peut aussi attendre un mois supplementaire et investir 200€ pour toucher des actions plus chères.

L’important, c’est de commencer. La bourse se compare à l’immobilier. Comme il y a des gens qui cherchent la bonne affaire et ne la trouve que dans 10 ans ou jamais, les actionnaires attendent d’avoir les moyens.

Il ne faut pas oublier que la bonne affaire se créer avec le temps et plus on commence tôt, mieux cela est.

La troisième idée reçue que l’on entend est que l’on risque de payer beaucoup de frais.

Il s’avère évident que si l’on passe ses journées à acheter et vendre, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Maintenant, un ou deux achats ou ventes bien ciblés par mois et sur des courtiers en ligne moins chers que des banques ou intermédiaires financiers amènent des bénéfices beaucoup plus sûrs.

La quatrième idée reçue concerne davantage les initiés et s’attachent au versement des dividendes.

Comme vous le savez peut-être, un dividende représente un morceau de l’action. Quand une action à 100€ verse 2€ de dividende, elle détache ses 2€ de l’action qui ne vaut plus que 98€ et reverse les 2€.

Au final, vous finissez à 100€ aussi sauf si une crise soudaine fait baisser la valeur de l’action de façon plus conséquente.

Rien empêche pour autant à l’action à 98€ de remonter ensuite pour s’élever par exemple à 100€ avec 2€ en plus de dividende. Tant que l’action augmente plus vite que le dividende, il n’y a pas de soucis.

Warren Buffett a très bien compris ce principe et en a profité très aisément. En moyenne, la bourse rémunére à 8% par an et cela peut être encore beaucoup plus.

Enfin, la dernière idée reçue tient aux impôts.

On croit souvent que l’on va payer des impôts chaque année sur la bourse et de façon élevée.

Si c’est ce que vous croyez, alors regardez ce que l’Etat ponctionne chaque mois sur votre salaire en prélèvements sociaux et/ou impôts.

En bourse, désormais c’est soit la flat tax de 30% qui se décompose de 17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôts ou sinon, le barème progressif et les prélèvements sociaux.

Jusqu’à 11% d’impôts, il vaut mieux rester sur la tranche marginale et un peu au delà, passer au forfait de 30%.

Aussi, tant que l’on ne revend pas, les impôts ne peuvent pas se servir sur la plus value réalisée et sur les dividendes perçus à part, sur un compte titres ou chaque année les dividendes que l’on touche sont prélevés à la source selon le même système au choix donc cela reste indolore.

Sur un plan épargne en actions, au delà de 5 ans, on ne se trouve plus soumis qu’à 17,2% de prélèvements sociaux sur les plus values sur actions et dividendes perçus donc rien empêche de commencer à ne placer de l’argent qu’après 5 ans, un peu comme avec le système dégressif de l’assurance vie.

On a donc pu voir 5 idées reçues et qui bloquent souvent les investisseurs à passer à l’action.

Néanmoins, je vous conseille de devenir un bon sceptique et tester les choses que ce soit dans la bourse comme dans bien d’autres domaines car beaucoup d’arguments entendus se révèlent souvent faux ou erronés, au final et à l’épreuve de la pratique.

Tant que l’on se concentre sur des bonnes actions et avec une temporalité assez longue de minimum 5 ans, on arrive largement à contrer ses idées reçues et à tracer son chemin sans se retourner.

Publié dans Bourse, Investir, Plan du site | Laisser un commentaire

Economiser de la mémoire vive

On peut comparer notre cerveau à la mémoire vive d’un ordinateur.

Si celui-ci gère trop d’informations et de mauvaise qualité, il en vient à saturer plus vite.

Nous disposons tous d’une certaine jauge d’énergie au quotidien. Si celle-ci ne se gère pas correctement, nous sommes alors contrôlés par les circonstances et nous sentons débordés.

Il peut y avoir également une impression de vide ou non sens et qui entraîne une forme de vacuité physique ou morale et aboutit à la dépression, voire pire.

La façon dont on gère notre vie personnelle rejaillit alors sur celle de notre vie professionnelle ou réussite.

A tout instant, on doit se demander comment en faire moins et tout en étant efficace.

Pour mon cas personnel, je suis plutôt de type paresseux.

Comprenez bien, il ne s’agit pas de ne rien faire mais plutôt de faire les choses bien.

Je me souviens quand j’étais à l’école et que d’autres élèves me demandaient pourquoi, je n’ecrivais pas souvent ce que disait le professeur.

Je répondais: « tu aimes les beaux vêtements, n’est ce pas? Donc c’est que tu es quelqu’un de visuel et que tu as besoin d’écrire pour retenir. »

J’enchaînais en disant: « et tu sais si moi je fais cela, je suis foutu. »

L’important reste de comprendre ses capacités. Il me semble que je suis quelqu’un d’auditif, direct et avec un certain lead. Je déteste par dessus tout, l’administratif et l’organisation et préfère m’adapter à l’instant même avec une pensée pratique.

Par exemple, quand je prenais des leçons de conduite, ma séance se déroulait avec un moniteur ou une monitrice. J’avais pris cette habitude, de m’arrêter souvent en vitesse 3. La monitrice me reprenait à chaque fois en me disant de passer la 2 puis la 1… Le second moniteur, lui plus âgé et avec plus d’expérience me disait que c’est conseillé quand on apprend à conduire mais pas nécessaire et le plus efficace ni économique, quand on roule pour de bon.

J’ai donc suivi le deuxième conseil et mis en pratique cela, même au permis et tanpis pour l’examinateur. Je préfère économiser de l’énergie, du liquide d’embrayage et l’embrayage lui même. Aujourd’hui, je continue de le faire et il arrive même de m’arrêter en 4 parfois 😉 comme quand c’est derrière des voitures qui attendent le feux et tout en observant mon rétroviseur intérieur.

Beaucoup de gens font les choses parce qu’on leur dit de les faire plutôt que de savoir, pourquoi les faire. Beaucoup se focalisent alors trop sur des points de détails, plus que sur l’essentiel.

Généralement, je prends des décisions rapides et si elles doivent se modifier, c’est aussi fait rapidement. Rien que de réfléchir à ce que je dois faire, me fatigue souvent plus que d’agir de suite.

On ne s’imagine pas comment des tonnes de gens passent leur temps à vouloir contrôler toutes leurs actions et en prime celles des autres, de peur de se tromper et faire une erreur.

En plus que d’attribuer une valeur à telles ou telles actions, simplifier permet de meilleur résultat.

Je ne me casse pas la tête avec le choix d’un shampoing ou gel douche. J’achète du savon qui accessoirement sert pour les cheveux et me lave à l’eau froide. Mes cheveux sont très soyeux et mon corps n’est pas irrité et rassurez vous, je sens très bon.

J’achète du vinaigre blanc et bicarbonate de soude pour des produits ménagers.

Quand j’ouvre mon armoire, je prends le premier pull ou pantalon qui me tombe sous la main. Je préfère exprimer un style avec mes vêtements que de me trouver tirer à quatres épingles.

Supprimer participe également à la conservation de son énergie par conséquent, j’amasse le moins d’objets possible et n’hésite pas à m’en débarrasser de certains.

Quand j’estime qu’une chose n’a pas besoin d’être faîte, je ne la fait pas et si celle ci mérite d’être remis à plus tard, je la note et décharge cela de mon cerveau comme le cas typique des courses. S’il me manque tel ou tel aliment alors je colle un papier sur le frigidaire, l’autre sur le placard et note au fur et à mesure.

Veiller à la qualité écarte des chemins de travers. Je ne bois pas de lait animal, me limite à la viande blanche en faible quantité et surtout, cherche à préserver mon système cardiaque. Quand le coeur se trouve surchargé de sel, de sucre ou de mauvaises graisses ou substances nocives, il se bouche et dérègle facilement. Le cerveau à son tour, ne s’alimente plus. Même un simple café embrume l’esprit.

Préférer la qualité conditionne de moins se concentrer sur le reste. Je me dis que je préfère m’acheter de bonne paire de chaussures type Timberland ou Nike.. Sur les vêtements, mon choix se porte vers l’enseigne Decathlon en priorité. Pour toute chose en vérité, je préfère la qualité et même si je dois attendre davantage pour me l’acheter.

Libérer de la mémoire vive au quotidien implique de poser de meilleurs choix et prendre de meilleures décisions et ensuite, les appliquer sans trop attendre.

Publié dans Accomplissement, Efficacité, Energie, Leadership, Plan du site | Laisser un commentaire

Renforcer son immunité

Dans ce contexte actuel de crise du coronavirus, il s’avère d’autant plus important de prendre conscience de son immunité et comment la renforcer.

Dans les journaux, les médias, chez les politiques ou hommes de santé, personne ne nous parle vraiment de cela bien que ceci doit en être la base.

Il nous faut souvent aller chercher ses propres informations par soi même et grâce à l’écoute, de son propre instinct.

Le système immunitaire se constitue en grande partie de la lymphe et de toutes les cellules internes qui existent afin de nous protéger de l’extérieur et également, de nous même.

La peau ou les muscles ne sont que la partie immergée de l’iceberg. Quand le décalage entre ce que l’on peut supporter et ce qui nous arrive de l’extérieur ou de nos habitudes (mauvaises) devient trop grand, le corps craque de quelques manières.

Nous pouvons nous même affaiblir notre propre système immunitaire par le faite de mal manger, respirer n’importe quoi volontairement comme des cigarettes, se coucher tard et ne pas dormir assez, se stresser inutilement à travers des jts d’informations ou les commérages, pratiquer un surcroît d’activité physique ou pas assez, se soucier de tout et de rien ou trop parler…

Cela provient aussi de l’extérieur avec la pollution, la qualité des aliments (pesticides, herbicides, plomb, mercure), notre environnement, la situation de notre habitat ou nos fréquentations, le contexte politique ou socio économique de notre pays, région ou ville..

Neammoins, nous pouvons agir sur tout ceci et à plus ou moins grande échelle. Si la politique de santé actuelle accentuerait les informations sur les bons choix et conseils à appliquer, les gens dans l’ensemble iraient aussi beaucoup mieux.

Toutefois, c’est celle de la peur qui prévaut. On dit aux gens de manière implicite, de continuer à se stresser au quotidien, à manger n’importe quoi, remplir les caisses de l’Etat par la tva et avec des produits nocifs (cigarettes, alcool..), se regrouper dans les villes et consommer les mêmes aliments, outils et services de masse..

A l’arrivée, il reste facile de contrôler une population et l’induire à agir dans le même sens et ne pas décider par elle-même.

Vous comprenez, on dit par exemple actuellement aux personnes âgées qu’elles ont le choix ou non de se faire vacciner. Mais implicitement, le mot d’ordre recommande que si elles ne veulent pas finir abandonnées chez elle ou dans leur maison de retraite et livrées à elle-même, elles ont tout intérêt à prendre ce vaccin et afin de revivre un peu normalement.

Quel est le but de celui-ci?

Un vaccin se constitue d’une infime partie de virus ou bactéries sur lequel on y rajoute des stabilisants, conservateurs ou antibiotiques.. En gros, on aboutit au même cocktail que l’on retrouve dans la nourriture poubelle avec un petit virus mort en plus et à travers une piqûre par intraveineuse.

En règle générale, les vaccins se pratiquent dans notre jeunesse pour la plupart et quand nos défenses immunitaires se font les plus vaillantes et moins affectées.

A mesure que l’on vieillit, nos cellules et notre système lymphatique deviennent ensuite moins performants et produisent moins d’anticorps et de moindre qualité.

C’est la raison pour laquelle, on devrait demander à une nation de permettre à sa population de savoir quoi mettre en oeuvre pour renforcer son immunité et préserver sa santé. Néanmoins, la plupart ne le font pas.

Une autre chose insidieuse implique que l’on pense souvent que les vaccins servent à nous protéger. C’est sans doute le cas quand on se trouve jeune et bien portant afin d’éviter que certaines maladies disparues resurgissent. En revanche, quand on arrive âgé ou affaibli, nos anticorps fonctionnent moins bien alors vacciner une personne, c’est un peu comme en rajouter une couche.

Il y a déjà des échos semble t’il désavoués ou mis sous couverts, de personnes âgées au Royaume-Uni, en Suisse ou en France qui se sont faites vaccinées et sont décédées, quelques jours après. Peut-être, faut il y voir un lien de cause à effet, toutefois je ne crois pas que cela arrange un malade ou un individu déjà fragile et qui peut cumuler des comorbidites.

Une dernière chose. Un vaccin ne peut faire le poids face à un vrai virus, lui bien vivant. Donc celui-ci peut muter quand les gens pensent qu’après le vaccin, ils sont protégés. En sachant que la plupart des vaccins inoculés aux enfants correspondent à des maladies qui n’existent plus et qui servent de passoires barrières aux futures générations, il n’y a pas vraiment de risque.

Mais vacciner des gens déjà faibles durant une épidémie existante depuis bien des années déjà ne les immunisent pas du virus (transmission par faiblesse immunitaire) et surtout quand ils vivent, tous ensemble.

Quoique s’il se propage partout, sa dangerosité reste toutefois limitée pour la plupart d’entre nous mais plus risquée qu’un vaccin pour des gens affaiblis.

Il faut avant tout que les gens faibles prennent soin d’eux et veillent à renforcer leur santé globale et traiter dans les premières phases le virus, s’il y a vraiment besoin et de façon naturelle.

On doit donc, se focaliser sur le renforcement immunitaire avant même de chercher des solutions externes à des problèmes internes.

Je veux partager quelques principes pour devenir plus fort et résistant. Il faut veiller à respecter les limites de ses capacités adaptatives progressivement et à son rythme grâce à l’hormese.

  • Respirer de haut en bas de l’abdomen jusqu’aux poumons. A n’importe quelle heure dans la journée et dès que vous manquez d’air, vous prenez une grande inspiration par le nez, attendez 4 secondes et relâchez tout par le nez et la bouche. Le système lymphatique épure et draine les impuretés du corps par une meilleure circulation des cellules mortes ou viciees.
  • Pratiquer des exercices de cardio. La musculation, la marche rapide, le tapis de course, le vélo, le roller font l’affaire. Il faut y aller à son rythme et augmenter ensuite la cadence ou le nombre ou la durée de pratique. Le coeur et tout le corps vous remerciera.
  • Se confronter au froid. Il ne faut pas hésiter à prendre des douches froides (je le fais tous les matins en toute période 😉), sortir 5 minutes dans le froid en étant découvert et sans écharpe voire même de prendre des bains glacées ou d’extérieur pour les plus vaillants. Avant, les gens n’étaient pas autant frileux que maintenant. On pouvait aller chercher le bois en plein hiver ou à la selle dans la grange, même sous zéro degré. Maintenant, s’il y a pas au minimum 20 degrés de température chez soi, les gens se plaignent et protestent. Vous pouvez aussi diminuer votre thermostat. Encore une fois, y aller à son rythme et bien respirer pour ralentir les pulsations cardiaques quand c’est très froid demeure important.
  • Jeûner. Dans la société moderne d’aujourd’hui surtout au sein des pays industrialisés, jeûner semble totalement absurde. Pourtant, il n’y a rien de mieux pour ressentir ses besoins et la sensation de combler sa faim. Les aliments ne s’ingèrent et s’assimilent pas de la même façon, quand on mange en ayant faim ou pas vraiment. De plus, manger moins permet de fournir moins d’efforts pour la digestion et mieux se concentrer sur l’élimination des déchets. La condition reste de conserver une bonne alimentation saine et pour faciliter le travail.
  • Marcher pieds nus chez soi comme sur du carrelage ou dans l’herbe ou la terre à l’extérieur. Les extrémités comme le bout des doigts ou orteils sont les plus sensibles au froid mais permettent de puiser l’énergie. Apprendre à se confronter aux éléments naturels ou laisser respirer des parties du corps amène à le renforcer.
  • Se raser les cheveux en plein hiver. Cet exemple s’adresse plus aux hommes mais certaines femmes ont les cheveux courts. On peut simplement raccourcir un peu sa coupe par rapport à celle habituelle en hiver et sortir quelques minutes dans le froid, sans bonnet.

J’ai cité quelques moyens de renforcer l’immunité et qui viennent en plus de ceux pour la preserver, c’est à dire en évitant les mauvaises habitudes et accroître les bonnes.

Si on apprenait depuis tous petits dans les écoles au enfants ces principes de base, ils n’en seraient pas à subir ce lavage de cerveau permanent que rencontrent beaucoup trop de gens adultes et poussés par les médias de masse.

Adopter un esprit sain dans un corps sain et élever ses normes de résistance physique et morale, contribue à rendre un peuple plus fort et plus conquérant dans le sens positif du terme.

Publié dans Accomplissement, Développement personnel, Energie, Plan du site, Santé | Laisser un commentaire

Remise à niveau

Après cette longue absence de presque 2 mois, me revoilà de nouveau.

Rassurez-vous, je n’étais pas malade ou blasé d’écrire. En faite, il se trouve que je n’avais plus l’accès à l’administration de mon site et j’ai dû donc faire appel à un webmaster que je connais bien pour me résoudre ceci.

Il m’avait déjà réglé le problème depuis plus de 3 semaines mais lui, un peu geek a continué sur d’autres missions et moi, je n’avais pas trop consulté ma boîte mail et ne l’ai re sollicité qu’hier.

Parfois, un peu de repos ne fait pas de mal. Toutefois, je suis bien content de revenir à mon but premier et qui ne consiste pas à gérer des sites Internet ou autres bases de données.

La gestion ou l’administratif pour tout dire font partie des choses que je déteste le plus et cela me donne l’impression de limiter ma liberté. Alors quand je peux aller faire appel à des spécialistes, je n’hésite pas et suis très reconnaissant pour leur travail.

Sur ce site, j’aime bien me connecter et activer mon imagination et mes idées et les transmettre aussi à d’autres personnes. Je ne me considère pas pour autant comme un enseignant ou instructeur.

Par exemple, je detesterai former des élèves que ce soit pour leur enseigner une matière quelconque ou encore savoir conduire une voiture…

Je préfère rester dans un rôle de leadership et montrer l’exemple par la théorie de la pratique. Si j’amène les gens à s’éveiller davantage et se motiver, à développer plus de curiosité et savoir faire au quotidien, cela me rempli de joie.

On peut ne pas du tout me connaître en vrai et même n’avoir jamais vu mon visage ni entendu ma voix mais dès lors, qu’une petite lumière s’allume dans l’esprit de certains, c’est tout ce qui compte pour moi.

Je ne recherche aucune gratification ni aucun remerciement. Je ne veux pas non plus me flatter outre mesure et ni que l’on me complimente. Pour moi, je pratique cela par pur plaisir. Quand j’ai de l’inspiration qui me vient, je la partage et le reste du temps, j’hiberne 😁.

En cette nouvelle année 2021, je veux que vous fixez un objectif précis et qu’il se réalise avant le 1er janvier de l’année suivante. Tellement peu de gens savent en formaliser, que vous faîtes partie des exceptions.

Il y a quelques jours, je me suis demandé quel peut être un objectif que l’on arrive réellement à réaliser?

Pour moi, la réponse qui en découle demeure simple: il doit vous motiver vraiment.

Je me souviens quand à 18 ou 20 ans, on me poussait à passer le permis de conduire et continuer mes études.

Dans ma voix, je disais oui, oui et oui mais dans ma tête, je criais non, non et encore non…

Car à cette époque, j’avais d’autres objectifs que je privilegiais comme augmenter ma capacité financière. Même en terminal, quand d’autres élèves parlaient d’intégrer après le lycée de grandes écoles, formation de commerces ou autres, je répondais simplement que j’irais m’inscrire en interim et pour apprendre la vraie école 😂.

J’avais conscience déjà de me trouver un peu déconnecté des autres. Je suivais mon propre instinct et préférais me fixer mes propres objectifs. (oui propres, rien d’illégal 😁)

Décidez de ce que vous voulez faire et obtenir vraiment cette année et faîtes le. Par dessus tout, ne vous préoccupez pas de ce que l’on va dire ou faire pour vous y empêcher.

Tracez votre chemin et bonne année 😉.

Publié dans Accomplissement, Argent et liberté, Développement personnel, Leadership, Liberté, Motivation, Plan du site | Laisser un commentaire

Investir en bourse simplement

Pour pouvoir investir en bourse simplement et sans prise de tête, il vaut mieux privilégier une action de société qui vend des produits plus que des services.

En faite, souvent les gens se posent beaucoup trop de questions et pour éviter de passer à l’acte. Il suffit de consulter des forums comme sur Facebook pour s’en apercevoir. Ils se demandent par exemple, s’il faut investir sur des etfs et si on doit ouvrir un PEA plus qu’un compte titres, si telle action vaut le coup de s’acheter aujourd’hui etc..

Ce que je dis toujours, c’est qu’il faut commencer par agir, ensuite visualiser et affiner.

Prenons l’exemple d’un bon tireur à la pétanque. Désolé pour cet exemple mais je suis un grand fan de la discipline. Le bouliste doit d’abord s’acheter des boules, s’inscrire au boulodrome ou s’entraîner chez lui, se lancer rapidement, appliquer des repères (position des pieds), visualiser le geste et l’acte de tirer la boule et alors plus il s’entraîne, plus cela devient donc automatique pour lui.

Si je parle de cela, c’est qu’en bourse, vous devez déjà commencer à agir en ouvrant un compte ou deux (compte titres illimité), sélectionner quelques actions et les classer en portefeuille virtuel ou favori puis en acheter et en vendre…

Par ce principe, vous mettez déjà le pied à l’etrier. Grâce à cela, vous comprenez mieux aussi le processus comme celui des frais sur achat, des pertes en cas de vente en moins values, des intérêts composés etc..

Pour investir en bourse sans prise de tête, je vous conseille d’évaluer ses quelques détails 😉:

  • Depuis quand la société existe. En effet, le passé présage souvent du présent et de l’avenir donc si elle existe depuis longtemps, elle a de grandes chances de perdurer dans les nombreuses années à venir.
  • Sa diversification géographique. Plus elle se trouve implantée sur plusieurs continents et dans beaucoup de pays, mieux cela est.
  • Sa notoriété. Si je vous cite le nom d’une marque, la connaissez vous, si je vous demande quelle marque vous connaissez pour quel produit, laquelle allez vous citer en priorité.
  • Sa diversité en terme d’activité. Dès lors qu’elle propose plusieurs produits sous la même marque ou associée à d’autres, c’est souvent un bon signal de croissance.
  • Sa facilité de fabrication, production et commercialisation. S’il vous manque de ce produit, pensez vous pouvoir vous le procurer rapidement et facilement comme le jour même ou sur Internet.
  • Son prix raisonnable. Plus elle arrive à vendre des produits à de nombreuses personnes et plus les prix peuvent decoter car elle arrive à faire des marges de pleins d’autres façons.
  • Sa popularité. Cela se rapproche de la notoriété à la différence près, qu’elle n’a pas besoin de dépenser ou produire beaucoup de publicité pour elle car le bouche à oreille et sa notoriété suffisent.

Si je vous ai cité tous ses points, c’est qu’en réalité il est beaucoup plus simple d’investir en bourse et d’y gagner de l’argent, sans devoir en cauchemarder la nuit et passer son temps sur les réseaux sociaux. Méfiez vous également des Youtubeurs ou autres influenceurs qui vous laissent croire, qu’il faut respecter tout un tas de critères très précis et pour certains assez obscures dans le seul but, de vous vendre leurs formations.

Selon moi, les conseils de ce blog ou de Monsieur Viken Tchoboian sur YouTube, suffisent largement.

Dans cet article, je vais vous mâcher un peu le travail:

– Le premier conseil, c’est d’investir en priorité sur un compte titres qui touche le monde entier et donne plus de latitude quand aux types d’entreprises à choisir.

– Le deuxième conseil, c’est d’utiliser Google ou autre moteur de recherche et taper naissance avec le nom de la société derrière pour voir de quoi il retourne et consulter aussi Wikipedia.

– Le troisième conseil, d’indiquer action plus nom société et dans aperçu, aller dans plus et Max pour mesurer comment s’est comportée l’action depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui.

– Le quatrième conseil, c’est de vérifier depuis quand la société verse des dividendes et en tapant cette fois ci dividende plus nom de la société et historique.

– Le cinquième conseil, de consulter sur le courtier en ligne quelques informations importantes comme le résultat net, le bénéfice net par actions ou le PER.

Les 4 premiers conseils demeurent souvent intemporels tandis que le dernier lui, peut faire changer la donne sur du court ou moyen terme mais partez du principe, que si les 4 premiers conseils sont validés, le cinquième a moins d’importance.

Maintenant, je ne souhaite pas faire durer le suspens plus longtemps et je vais désormais vous citer quelques exemples de sociétés qui répondent à ce qui est cité précédemment.

Il faut savoir également que dans un contexte de crise comme celle que l’on rencontre actuellement, le rationnement s’effectue en dernier lieu sur les produits de base et qui peuvent résister davantage sur une longue période.

Pour mon cas personnel, je possède des actions dans Coca Cola, Nestle ou encore Colgate palmolive…

Pour investir sereinement en bourse et sans s’arracher les cheveux, cette approche simple ne demande pas ni gros efforts ou sacrifices.

La clairvoyance et la patience constituent deux vertus à appliquer et plus tôt le jeu commence, plus la réussite devient une certitude.

N’attendez pas.

Publié dans Bourse, Générer argent, Investir, Organisation, Plan du site | Laisser un commentaire