Les paris sportifs

Après ce premier article sur Gagner aux paris sportifs, où il est expliqué le mode de fonctionnement de côtes lues comme des taux et des moyens de gagner régulièrement, voici d’autres méthodes qui reposent essentiellement sur les mathématiques:

– Les statistiques sont une aide précieuse pour savoir lire et comprendre une côte.

Une côte de 1,05 signifie donc 1 chance sur 1,05 de gagner donc plus de 95% de chances de gagner en divisant 1 par 1,05 et en multipliant par 100.

Donc une côte de 1,30 signifie une chance sur 1,30, une côte de 2 une chance sur 2, une côte de 10 une chance sur 10 etc..

– Les probabilités du pari sont ce qui permet de voir les chances de réaliser un événement où il y a au moins deux adversaires.

Comme pour le tennis, il y a une chance sur deux car pas de matchs nuls et sur d’autres sports comme le football ou le basketball, une probabilité d’événement d’une chance sur trois car entre en compte le match nul.

– La variance est un outil pour choisir le montant des mises et en fonction des deux éléments précédents ce qui signifie, qu’un montant différent est misé pour une côte faible ou forte ou pour une probabilité faible ou forte afin de lisser les montants gagnés en fonction du risque plus ou moins élevé (1,25 moins risqué que 1,45).

Ces trois éléments doivent être pris en considération et combinés ensemble.

Ce sont des aides à la décision.

Maintenant, voici une manière simple de parier régulièrement et en ayant un taux de réussite moyen minimum de 5% ce qui se révèle bien supérieur aux taux des banques.

Il existe un type de paris qui se nomme résultat final (remboursé si nul).

Ce pari offre un taux de réussite (probabilité) de 66,66% ou 2 chances sur 3. Si celui ci est gagnant, le montant de la côte est remporté avec mise récupérée, si le match est nul, le montant misé est remboursé et si la côte misée victoire est perdante, le pari est perdu.

On le trouve essentiellement dans les matchs de football.

En fonction de cela, il est possible de miser de petites sommes sur de nombreuses confrontations (le 20/80) et en optimisant ses résultats.

Mais il faut savoir varier le montant des mises en fonction de la côte (toujours la plus basse des deux) et en choisissant des paris ni trop équilibrés et ni trop déséquilibrés.

Donc il ne doit pas y avoir une côte à 1,45 et l’autre à 1,65 ni une côte à 1,10 et l’autre à 2,40…

Il faut choisir de miser sur une côte de 1,25 jusqu’à 1,45 et que la deuxième côte soit elle, de 2 minimum.

La variance entre alors en jeu, s’il y a une côte de 1,25 la mise est de 0,75€ (1-0,25 de côte) pour 1€, pour une côte de 1,38, la mise est de 0,62€ (1-0,38 de côte) pour 1€ etc..

Cela peut être aussi pour 2€ donc, 1,50€ et 2,76€ misés ou pour 10€, 7,5€ et 6,2€ misés etc..

Les mises (base de 1 ou 2 ou 10€..) doivent rester identiques sur un maximum de paris et évoluer au choix dès récupération de toutes celles ci et avec les gains en plus.

Cette méthode montre l’utilisation de sa bankroll et est un bon apprentissage du fonctionnement des paris sportifs.

Elle permet ensuite de jouer avec des paris longs termes (moins de paris) sur victoire de l’équipe x de tel championnat pour une côte plus élevée (taux d’accord de 15% par an) ainsi qu’avec des mises équivalentes (10€ par exemple) sur tous les matchs de la Juventus et de Manchester City avec victoire systématique placée pour un taux d’accord entre 5 et 10% par an et des paris sur les bêtes noirs avec un taux entre 5 et 10% en veillant systématiquement à ne placer que 2% maximum de sa bankroll par pari.

Comme elle utilise les statistiques, probabilités et la variance, elle sert aussi à gagner sur du long terme au poker et en y ajoutant de la psychologie.

Ce contenu a été publié dans Argent et liberté, Efficacité, Gagner argent, Plan du site. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.