Affiner sa vision

Très souvent, nous savons des choses et n’allons pas au delà de la simple connaissance.

Parfois aussi, nous faisons l’expérience des choses et nous n’en retirons pas de reconnaissance.

Pourtant, celle ci est importante et que ce soit pour des évènements positifs ou négatifs.

Nous tombons alors, dans ce sentiment de manque et complaisance envers nous même.

En quelque sorte, nous cherchons la solution de facilité ou the easy way.

C’est à dire, qu’il semble facile de faire un crédit pour acheter une maison ou une voiture. Pour cela, il suffit de dépendre d’une entreprise, d’une banque et de l’état.

Aussi, nous tombons dans ce piège de la possession.

Nous avons des yeux qui ne fixent pas au loin ou nous vivons comme des taupes.

Pour autant, c’est en élargissant la vue que l’on comprend mieux les éléments. Si vous avez déjà vu le film le 5 ème élément, alors en faite notre réalité dépend pour beaucoup de ce que l’on décide d’en faire.

Ce qui signifie, que si l’on décide d’être pauvre ou d’être déprimé, triste, égoïste ou à l’inverse d’être intelligent, abondant, enjoué, enthousiaste et généreux, c’est que cela vient essentiellement de notre conception.

Ou comme le dit Anthony Robbins, de nos standards.

Mais il est possible aussi, d’apprendre à accroître son horizon et de conquérir de nouveaux paradigmes pour aboutir enfin à des nouvelles solutions.

– La première elle est celle de réfléchir dans un premier temps, en termes de pourquoi plus que de comment.

Il faut connaître la raison et le principe des choses avant de savoir les maîtriser. Le contrôle vient après l’analyse.

Et donc, vous comprenez plus aisément le monde qui vous entoure et vous maîtrisez mieux les détails.

Vous savez donc par exemple, ce qu’est un indice icc et sa revalorisation dans l’immobilier, vous connaissez les livrets aux plafonds zéro ou les quinzaines pour les banques, vous saisissez le principe de la redevance et de la prime d’état pour les impôts, vous cernez les aides de l’état et les déductions pour le gouvernement, vous apportez de la plus value et de la nouveauté pour l’entreprise, vous aidez les gens à sortir de la misère et à créer le futur pour aujourd’hui et demain.

– Ensuite dans un deuxième temps, il faut se demander comment agir et quoi faire en trouvant les bonnes méthodes.

Un riche se différencie du pauvre, en ceci qu’il vit comme le pauvre ou plutôt au milieu d’eux.

Il n’a pas forcément plus d’argent en banque, une plus grande maison ni une plus grosse voiture. Bien sur, il existe toujours ses riches d’apparat et ceux qui ne vivent que pour le luxe et le confort.

Le véritable riche sait se fondre dans la masse et être beaucoup plus adaptable et souple.

Il a très peu d’argent flottant et qui dort sur plusieurs comptes. En général il en choisit un seul, attend d’en avoir suffisamment et le dépense ensuite à son profit.

Il se fait aussi très discret, presque transparent, en faite c’est surtout une parure pour se prémunir des trous d’égouts.

Surtout ce qui le différencie par dessus tout des autres, c’est que souvent peu de choses lui appartiennent en ce sens qu’il est propriétaire de beaucoup de choses et utilisateur que d’une seule, celle de sa liberté.

Ce contenu a été publié dans Leadership, Plan du site. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.