Cultiver l’enthousiasme

A un moment donné quand vous sentez le feu qui vous anime, le besoin de passer à l’action jaillit et vous ne pouvez alors plus vous empêcher d’exprimer cela à l’extérieur.

Il peut s’agir d’un désir intellectuel, sportif, artistique peu importe mais dans tous les cas, le flux doit sortir.

Pour mon cas personnel, j’ai cette flamme intérieure qui m’anime d’instruire des personnes et leur insuffler une motivation d’aller de l’avant sans s’arrêter. Je ne sais pas depuis quand j’ai cette envie là mais je dirai que depuis mes 15 ou 16 ans, j’ai toujours voulu véhiculer des messages. Parfois, je me sentais un peu différent comme dans un monde à part avec une contradiction entre la révolte et le souhait d’un monde meilleur. Au fond, j’ai toujours cette idéologie bien présente aujourd’hui.

Je partage sur ce blog plus de 300 articles et je pense en écrire d’autres encore. Toutefois, mon instinct me dit qu’il faut que je m’exprime désormais devant d’autres personnes en face à face car il n’y a rien de plus interpersonnel que cette mise en pratique consciente.

Bien entendu, je ne sais pas encore comment m’y prendre et ni même par quoi commencer mais je cultive l’enthousiasme par le faite de garder toujours en tête cette ambition intacte quoiqu’il arrive et la développer au fur et à mesure.

Parfois, il faut savoir commencer par des chemins détournés comme pratiquer dans son emploi, en famille ou lors d’occasion spéciale par exemple.

Prendre la décision et s’y tenir vient de l’enthousiasme que l’on se rend capable d’entretenir et conserver au quotidien. On obtient le succès par tout le travail dans l’ombre que l’on cultive par ailleurs.

Souvent on ne s’imagine pas tout ce qui se trouve caché avant de se trouver dévoilé. Si l’on applaudit au talent ou à la réussite, il faut surtout savoir y reconnaître tout l’investissement derrière.

Pour cette raison, la motivation doit toujours garder un cap constant et d’un niveau suffisamment élevé. Si l’on demeure dans un bas niveau d’énergie, on entretient une culture d’échec qui se ressent dans notre attitude et nos réalisations car tout ce qui se créer à l’intérieur se retrouve à l’extérieur. Si en permanence on se remplit de poubelles, notre vie en devient une également.

Pardonnez moi ses mots quelque peu crus mais il faut savoir pousser et titiller là où le bas blesse afin de sortir sa tête de la boue.

La meilleure manière de cultiver l’enthousiasme consiste à conserver l’image fidèle que l’on veut de soi et sans laisser les événements, des circonstances ou des gens court circuiter notre route.

Même si l’on rencontre des obstacles, des difficultés, des chemins tortueux ou parsemés d’embûches, c’est un signal de plus et qui nous invite à retrousser encore davantage les manches pour créer la vie de nos rêves.

Comme dit la fameuse expression, si Rome ne s’est pas fait en un jour alors pourquoi reculer quand tout nous pousse vers ce qui doit devenir notre destinée. Pourquoi faire deux pas en arrière et quand on peut en faire aussi trois en avant.

Bon sang arrêtez vous de dormir, secouez vous et prenez la responsabilité de votre existence. Allez là où vous souhaitez vous rendre et ne trouvez pas d’excuses.

Ce contenu a été publié dans Accomplissement, Développement personnel, Motivation, Plan du site, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.