Mieux se reposer

Dans notre monde moderne actuel, on a tendance à vouloir sans cesse établir des oppositions entre deux entités comme la vie et la mort, l’éveil ou le sommeil, l’énergie ou la maladie etc..

En réalité, ce qu’il faut bien comprendre c’est que le repos ne vient pas en contradiction avec la vitalité tout comme le blanc n’est pas l’inverse du noir.

Chaque élément succède à un autre. Admettons que l’on soit fatigué à présent alors peut être que 10 minutes avant, on disposait de plein d’entrain. Simplement comme on puise dans ses ressources durement et fortement comme par le biais, d’un exercice physique intense désormais le besoin de récupérer se fait ressentir.

Il y a aussi des gens qui demeurent constamment fatigués bien qu’ils ne fassent jamais d’exercice physique intense. Leurs habitudes de vie aboutissent à ce qu’elles nuisent à elles plutôt que de les soutenir.

En moyenne, je me repose 4 à 5 heures par nuit et ceci, depuis plus de 10 ans bien que je ne suis pas encore totalement maître de mon planning et de mes activités durant la semaine. Il m’arrive le week-end que ce soit encore moins.

Le niveau d’énergie du corps humain se compare au niveau d’une batterie d’un téléphone. Si on le sature en applications, notifications et qu’il tourne en permanence à plein régime, il se décharge très vite.

Pour le corps, c’est pareil donc il faut savoir apprendre à mieux vivre avec lui.

Quand une batterie est fortement déchargée, elle a besoin de couper pendant une ou plusieurs heures avec le monde environnant pour retrouver du carburant.

Quand elle fonctionne de façon optimale, elle peut garder contact avec le monde extérieur sans même beaucoup se décharger.

En réalité, on peut distinguer des hauts et bas niveaux d’énergie. Si tout au long de la journée, on carbure à 20% avec des pics à 30 ou 40 à l’aide de substances euphorisantes comme du café, on se situe dans un bas niveau d’énergie.

Si à l’inverse, on garde un pic minimum de 70 à 80% et que l’on parvient à vite remonter la pente dès que ce seuil passe en dessous, on dispose d’un haut niveau d’énergie.

Quand on a de l’énergie, le repos surpasse le sommeil et quand on en manque, le sommeil cherche à compenser le manque de repos.

Bien se reposer ne signifie pas, bien dormir mais bien récupérer et peut se réaliser même sans dormir. Quand c’est le cas, on a pas besoin de perdre totalement conscience de qui l’on est donc le flow coule toujours, il marche et fonctionne en faveur de la vie.

Il faut déjà commencer par changer ces concepts acquis et les actions qui en découlent.

Une d’entre elle réside dans cette habitude du confort. Quand je souhaite me déplacer, je prends ma voiture, quand je souhaite monter un étage, je prends l’ascenseur et quand je veux décompresser, je vais fumer ma cigarette et allume la tv…

Vous comprenez l’idée. Je ne suis pas en train de dire que le confort n’amène pas des bénéfices mais il ne peut y avoir d’énergie, sans une alternance de repos et d’activité.

Peut on bien vivre que dans le confort?

Croyez vous que c’est raisonnable sur le long terme?

Je ne le crois pas et vous non plus, n’est ce pas.

Donc pour mieux se reposer, il faut mieux vivre. Mieux vivre veut dire mieux ressentir. Mieux ressentir veut dire mieux s’activer.

Car il existe des actions qui anihilent votre vitalité ou puisent dans vos ressources et d’autres qui les maintiennent.

Le sommeil polyphasique qui consiste à se reposer par exemple quelques minutes quand on en a besoin à différents intervalles de temps ne vient pas en contradiction avec le sommeil monophasique, c’est à dire qui se déroule d’une traite mais le prolonge simplement.

Quand on ne peut pas se reposer régulièrement, on prend cette habitude de vouloir l’effectuer en une fois et bien souvent, la qualité s’en ressent et l’on se réveille un peu vaseux ou comateux.

Le résultat aboutit à ce que la qualité de notre vie reste médiocre ou très moyenne car on ne sait pas expérimenter le vrai repos.

Aussi celui ci dépend du niveau d’inertie dans notre corps ou pour être plus précis, de mauvaises graisses. Chaque morceau en surplus constitue une pierre supplémentaire pour sa tombe.

Je ne défend pas le mythe de la minceur ni même des mannequins rachitiques. Je dis simplement que chaque mauvaises graisses doit se porter et supporter sur soi en permanence et souvent on en subit les conséquences néfastes.

S’il y a plus de graisse, c’est plus d’inertie et plus de sommeil, plus de perte de contact avec le monde réel, plus de morts…

Si cela vous paraît choquant alors regardez par exemple sur Internet, le taux de mortalité qui s’élève grandement lorsque le poids surpasse l’indice de masse corporelle ou IMC.

Pour moins dormir, diminuer la quantité de nourriture compte tout comme améliorer la qualité de celle ci et la façon dont on la consomme.

Il vaut mieux manger toutes les huits heures minimum. Personnellement, je ne fais souvent que deux repas par jour. Parfois, je ne mange pas le matin mais que le midi et le soir. D’autre fois, je prends juste un smoothie le matin et après je ne mange que le soir.

Il est très rare que je mange un dessert. Souvent, je ne mange qu’un bon plat du milieu et cela me suffit. Je râpe plusieurs types de légumes comme carottes, concombres, céleris, courgettes etc.. et je les consomme crus avec un peu d’huile d’olive (bonne graisse). Je rajoute parfois des super aliments comme des graines de chia, lin ou courges.

De manière générale, la plus grande part de sa nourriture doit se constituer d’eau, fibres et minéraux.

Celle ci se veut essentiellement à base de fruits, légumes, légumineuses avec une haute teneur en eau. Plus elle est est traitée et lourde à digérer, plus cela met du temps à assimiler et puise dans ses ressources. Les seules graisses valables se tirent du végétal comme dans les noix, avocats, amandes ou olives.. En ce qui concerne l’amidon comme dans le pain, les pâtes ou les viennoiseries, il faut les privilégier bio.

Dîtes vous que cela reste issu de la culture et comme le disait Jean Jacques Rousseau dans le discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes, la guerre du blé contre celle du métal fait que le métal compromet lui même ceux qui cherchent à l’acquérir car ils consomment ce qu’ils ne produisent pas eux même.

Manger doucement et bien mâcher ses aliments facilitent le transit et la digestion avec une meilleure assimilation des nutriments et sensation de satiété.

Méditer est une autre façon simple de ralentir le corps et le régénérer même seulement 5 ou 10 minutes par jour.

La pleine conscience signifie que l’on ressent au maximum son corps et son esprit, le plus souvent possible. Ce qui veut dire que quand on s’assoit, on se repose vraiment en étant assis et quand on marche, on pratique cela de telle façon que l’on récupère de l’énergie non utilisée.

Limiter au maximum le stress et l’énervement. Au delà des risques pour la santé au niveau nerveux et cardiaque, cela diminue la perte d’énergie tout comme de trop alimenter son esprit avec des pensées négatives ou parasites.

Réduire la parole et les discussions vaines permet aussi de s’économiser.

Mieux se reposer va dépendre de la qualité de notre environnement et au plus global, de nos habitudes.

Certaines théories disent qu’il existe des personnes qui puisent l’énergie de l’extérieur car elles sont extraverties et d’autres de l’intérieur car elles sont introverties.

Je dis que l’on confond plutôt le faite d’être influençable ou non avec celui de se sentir plus ou moins ouvert aux autres. S’il est indéniable que certaines personnes le soient plus naturellement que d’autres cela a davantage rapport, avec le niveau de contrôle exercé plus ou moins important sur son environnement extérieur. Conserver un esprit sauvage ou rebelle ne signifie pas pour autant être introverti.

Aujourd’hui notre monde actuel se voit pollué par de nombreux stimulis nuisibles et qui detraquent complètement nos éléments physiques de base. Il faut donc savoir se protéger. Peut être que cela à l’air cool par exemple de jouer à des jeux vidéos des heures durant, faire la fête et boire de l’alcool, répondre aux sollicitations des réseaux sociaux sur son téléphone et visionner des films sur Netflix en illimité mais on ne peut pas assimiler ces pratiques à de l’activité.

Si vous en voulez, il y a le sport comme de la marche, du vélo ou roller mais s’il vous plaît, arrêtez de trouver des excuses pour ne pas se bouger et laisser croire que jouer à la console en famille devant sa tv à suivre un personnage imaginaire en est une.

Passer plus de temps dehors à ressentir les bienfaits du soleil, de l’air ou même de la pluie apporte plus de regain et vitalité.

J’ai cité plusieurs façons simples de réduire son sommeil et pouvoir davantage profiter de la vie. Celle ci ne doit pas se perdre dans le brouillard des mauvaises décisions et actions mais se renforcer par davantage de bonnes pratiques qui encouragent à moins de sommeil inutile et plus de repos salutaires.

Ce contenu a été publié dans Accomplissement, Développement personnel, Energie, Plan du site, Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.