Vitesse d’implémentation

Il arrive souvent que l’on apprenne des choses, que l’on soit motivé pendant quelque temps et puis alors on passe soudainement vite à autre chose.

Qu’est ce qui explique ceci?

Pourquoi un tel changement?

Qu’est ce qui amène ce revirement?

En vérité, cela va dépendre de notre vitesse d’implémentation et plus précisément de notre motivation et croyance en ce qui compte le plus pour nous.

Comprenez vous, il existe tout un tas de connaissances ou informations qui ne nous servent pas tellement dans l’immédiat. Le cerveau s’efforce alors de les oublier. Toutefois, il ne peut s’empêcher souvent de vouloir continuer à traiter des affaires courantes.

Afin aussi d’éviter de tomber dans les détails et se noyer dans un verre d’eau au contraire comme un radar, il détecte ce qui lui semble le plus pertinent au moment présent.

Car on peut toujours retrouver une information de type anecdotique en 2 minutes sur Internet. Il n’y a donc pas vraiment d’utilité à la retenir pour s’encombrer l’esprit mais classer une idée en fonction d’éléments passées revêt elle, une importance capitale.

Au quotidien, nous sommes inondés de faits, paroles, écritures, échanges, opinions etc et qui émanent de l’extérieur. Les gens qui ne savent pas trier avancent comme un vaisseau sans conducteur et ceci devient très risqué.

Je voudrai plutôt mettre l’accent sur le faite, que ce n’est pas le futur et nos objectifs qui guident notre vie mais bien plus notre passé.

Dès lors que l’on cherche à échapper au passé, on ne parvient plus à se concentrer sur le présent et pour forger notre avenir.

On devient prévisible.

Peut être qu’à un certain moment, on pense qu’avec un bon coup d’accélérateur, on va griller des étapes. En vérité, on parasite davantage notre demain.

Un candidat à l’embauche par exemple et qui donne de fortes impressions lors de l’entretien se demotive ensuite et montre son vrai visage ou pourrait on dire, ses doutes quand à ce qu’il doit effectuer réellement sur le moment.

On teste des gens efficaces dans les instants ou périodes à forte pression et ceux qui manquent de lucidité perdent patience et s’enervent.

Le problème vient que l’on cherche à se concentrer prioritairement sur une vision de court ou moyen terme plus que de long terme.

Je me décourage très vite quand il s’agit de spéculer sur une éventualité car je préfère de loin, des prévisions sûres et basées sur des éléments du passé. J’apprends et oublie vite ce qui ne me motive pas et éprouve le besoin de défis beaucoup plus élevés et stimulants.

Ceux ci se forment quand il se passe à peu près ce que l’on prévoit par sa capacité à vite repérer les bonnes opportunités.

Une personne dépassée par son passé patine dans le vide. Elle a beau vouloir plus, encore plus et encore encore plus, elle s’enfonce davantage car elle objecte ce qu’elle fait avant.

Vos parents quand vous étiez enfant, vous demandaient si vous aviez retenue la leçon et bien sûre, vous répondiez que oui.

Pourtant, si je vous avais dit que ce qui compte c’est ce que l’on retire d’un fait ou d’une expérience vécue, peut être n’auriez vous pas chercher autant la course au diplôme.

Il n’est jamais trop tard pour commencer avec les gratifications personnelles plus que de chercher sans arrêt, celles des autres.

Quelques ajustements mentaux nous permettent ces modifications. Reconnaître que l’on manque de clairvoyance peut aider à accroître celle ci et il faut, savoir rester calme en toutes circonstances.

La méditation, la respiration, l’alimentation peuvent vous aider.

Soyez conscients que quoiqu’il se passe, vous n’attendez rien car vous avez déjà tout à créer et transformer maintenant.

Ce contenu a été publié dans Accomplissement, Développement personnel, Efficacité, Leadership, Motivation, Organisation, Plan du site. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.