Comprendre la finance

Si l’on veut mieux réussir dans la vie et ne pas subir les évolutions perpétuelles du marché, il est important de disposer de connaissances et compétences en finance.

Il existe des concepts simples à comprendre comme ceux des taux d’intérêt ou d’épargne, d’inflation, d’action, d’obligation etc mais surtout, bien cerner ce qui les lient entre eux.

Par exemple, souvent quand les actions baissent alors les obligations montent et inversement.

Pourquoi cela?

Une action est un titre de créance émis par une société et une obligation par un état.

Lorsque l’entreprise propose des actions, ce qu’elle fait surtout c’est de proposer une option d’achat avec un gain potentiel et c’est identique pour un état avec ses obligations.

Toutefois, ce gouvernement investit aussi sur les marchés tout comme les grosses sociétés cotées marchent de pair avec le premier acteur.

On peut ne pas aimer ce jeu et pourtant, il est bien réel. Des lobbys cachés existent comme avec des banques, des industries comme dans l’agroalimentaire ou la santé, des sociétés pharmaceutiques ou laboratoires..

Beaucoup d’informations nous restent omises sur ce que l’on mange, respirent ou produits…

Les gagnants tirent leurs épingles du jeu dans cette jungle ou le citoyen lambda reste en bas de l’échelle. Il a beau protester, s’auto proclamer des droits et réclamer son dû, il participe activement à son déclin.

Beaucoup de personnes qui taxent et montrent du doigt les coupables, acceptent servilement et de façon docile de se soumettre à eux en tant que victimes.

Si au moyen âge, il existait les seigneurs d’un côté et le peuple de l’autre, aujourd’hui les maîtres du jeu se tapissent dans l’ombre. Ils font preuve d’ubiquité ou duplicité et se reconnaissent même à la tv sous forme d’animateur dictateur qui règne au dessus de ses ouailles ignorants.

Pour ne pas finir avec le même sort, il faut sortir de ce lavage de cerveau et reprendre le contrôle.

Améliorer son savoir financier fait partie du processus.

Identifier quand acheter ou vendre, quand investir ou sécuriser, quand prendre des risques ou mettre un stop demande des prérequis.

L’économie fluctue en permanence avec des cycles évolutifs disparates. On peut toutefois s’assurer d’une chose certaine qui est qu’elle ne va pas à la baisse.

L’euro a remplacé le franc, l’Europe a remplacé la France, le smic augmente chaque année, les prix en font de même, les pays tirent la couverture de leurs côtés avec des batailles de frontières et tout au bout de cette chaîne, il y a l’individu ordinaire qui doit s’adapter ou se révolte.

A chacun de choisir son camp mais sans jouer ni pour l’un et ni pour l’autre, ni pour les salariés ou ni pour les entreprises, il est possible de naviguer entre tout cela et de se frayer un chemin au milieu du brouillard.

Derrière celui ci, une éclaircie puis un chemin lumineux qui ne s’éteint plus.

Pour identifier celui ci, vous devez assimiler comment fonctionne le système comme quand les taux des prêts bancaires augmentent, les obligations baissent ou quand les prix augmentent, les actions baissent ou encore, quand les salaires augmentent alors les prix augmentent encore plus.

Dîtes vous et posez vous la question de savoir qui a le contrôle et si c’est vous ou le système.

Est ce que c’est vous qui controlez le système ou lui qui vous contrôle?

Tant que vous n’avez pas la réponse à cette question, reposez vous la une deuxième fois avant même d’engager une quelconque action.

En changeant vos questions, vous changez vos résultats.

Publié dans Argent et liberté, Bourse, Investir, Plan du site, Richesse | Laisser un commentaire

Devenir rentier

Pour devenir rentier, il existe plusieurs façons d’y parvenir comme par le biais de l’entrepreneuriat ou de l’immobilier.

Dans cet article, on va retenir ce second domaine et en citant trois moyens pour cela.

Au préalable, devenir rentier n’implique pas d’attendre 20 ou 30 ans mais 10 maximum et dans cette stratégie, se fixer des objectifs de temporalité bien précis aide à aboutir à ce que l’on souhaite.

Si Anthony Robbins parlait dans son livre de l’importance de la précision, c’est particulièrement le cas pour les finances personnelles. Quand elles ne deviennent plus un « problème » alors créer de la valeur en plus grande quantité et de meilleure qualité devient plus facile.

– Le premier moyen consiste à acheter un bien locatif en finançant au maximum en cash avec de l’apport et rembourser par anticipation. Quand pour un propriétaire occupant, ce qui paie son crédit est son revenu salarié ou d’entrepreneur pour le bailleur, c’est celui du locataire lui même salarié ou entrepreneur qui permet de le payer en plus du sien.

En cumulant revenus du locataire, cashflow positif (loyers hors provisions de charges annuels supérieurs au crédit, charges et impôts annuels) et vos propres revenus, il est possible de rembourser beaucoup plus vite qu’un propriétaire normal et tout en négociant les conditions.

A chaque remboursement anticipé, le montant de la mensualité de crédit, des intérêts d’emprunts et de l’assurance emprunteur diminue.

Bien-sûr, on peut vous rétorquer qu’en laissant le prêt vivre alors cela permet de le déduire avec d’autres éléments de ses impôts mais le gouvernement ne donne rien pour rien et gagne toujours plus que vous.

– Le deuxième moyen et qui peut se combiner au premier consiste à rechercher une stratégie haute valeur et de manière à générer un maximum d’écart entre le loyer et tout le reste tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse.

La location saisonnière et colocation meublée rentrent dans ses critères. La première nécessite du temps et est assez chronophage sauf si géree par un professionnel mais tous les endroits ne s’y prêtent pas forcément. La deuxième maximise les flux entrants en lissant le risque.

A savoir qu’en location saisonnière, beaucoup de sites web permettent de recevoir le paiement avant même l’entrée dans les lieux et que le bouche à oreille et référencement de qualité amènent à de gros résultats. Comme c’est une activité temporaire limitée et selon la ville, une déclaration en mairie ou un changement d’usage (louer à l’année en saisonnier) doit se faire excepté pour la résidence principale en deçà de 120 jours.

Pour la colocation, le bail solidaire implique que si l’un des colocataires quitte le logement alors le ou les autres sont redevables des loyers du partant en attente de son remplacement ou sinon tous doivent partir. Des baux individuels peuvent aussi se signer pour des surfaces importantes avec 4 ou 5 locataires où même quand il y en a un ou deux qui s’en vont, le cashflow reste positif.

– Le troisième moyen de dégager de grosses rentabilités va consister à acheter des biens que d’autres personnes ne veulent pas car avec de gros travaux ou sinistres à résoudre, réparer et valoriser ceux ci en vivant plusieurs mois ou années dans du chantier et ensuite revendre avec de grosses plus values.

Il s’avère utile de remarquer que cette stratégie convient bien dans un marché haussier ou les vendeurs ont le pouvoir sur les acheteurs plutôt que l’inverse. Le secteur géographique (pays, contexte économique) a de l’importance. Investir au Quatar ou dans des villes de fortes demandes (tourisme, étudiants..) joue son rôle de sélection.

Être habile de ses mains s’avère plus économique et passer par des artisans accélère aussi le processus.

Il suffit parfois de deux ou trois grosses opérations pour devenir libre financièrement. En revanche, sur la durée cela nécessite beaucoup d’argent donc ce principe doit plus se mettre en pratique dans le cadre d’une sci de rendement en association avec un autre business d’entrepreneur (bâtiment…) ou en étant salarié. L’activité de marchands de biens sert également pour en rechercher comme pour les exploiter.

En conclusion, mettre en application une ou plusieurs de ses trois stratégies en même temps ou non facilite grandement son ascension immobilière et la concretisation de ses projets.

Il ne faut pas oublier que l’argent ne fait pas le bonheur mais que sans, il est certain qu’il prive de beaucoup d’aspects de celui ci comme la liberté de temps et de contrôler sa vie.

Publié dans Générer argent, Immobilier, Investir, Plan du site, Richesse | Laisser un commentaire

Les ventes privées

Beaucoup de personnes se ruent sur les soldes et croient y faire une bonne affaire.

Cela peut l’être mais il ne faut pas pour autant, par la « peur de manquer » jouer à la souris qui veut stocker et accumuler des tonnes de choses qui ne lui servent pas dans l’immédiat.

Ce qu’il faut déjà savoir faire, c’est de distinguer le désir avec le besoin et se demander si ce que je souhaite à tel instant, rentrer dans la case de l’un ou l’autre.

Moins l’on cède aux désirs et plus on comprend mieux ses réels besoins.

Ainsi, attendre par exemple après les fêtes de fin d’année et avant chaque période de solde se révèle souvent plus avantageux.

Les ventes privées se trouvent sur Internet ou dans les magasins et les remises peuvent permettre d’acheter jusqu’à deux produits pour le prix d’un.

A vous d’en profiter pour assurer un besoin et tout en achetant de la qualité comme en prêt à porter et à un prix bradé.

Publié dans Economiser, Plan du site | Laisser un commentaire

Vaincre la boulimie


Voici une réponse à un forum Facebook d’une personne souffrant de boulimie et anorexie en espérant que chacun peut y trouver une aide dans un domaine de sa vie:

« Je ne sais pas si je peux te donner un conseil. Il y a Anthony Robbins un auteur conférencier américain que tu connais peut être et qui explique que pour surmonter une addiction telle qu’elle soit, on peut utiliser le principe plaisir contre douleur. Par exemple, pour ton problème de boulimie tu te forces à trop manger jusqu’à vomir et ensuite pour compenser, tu agis à l’inverse en ne mangeant rien et tu penses que cela va s’améliorer mais en faite, dans les deux cas tu créer de la douleur, tu comprends. Donc si tu veux arrêter une bonne fois pour toute ce problème de boulimie, tu dois créer une distorsion entre le faite de manger beaucoup qui te donnes une illusion de plaisir avec ce que tu manges. Je ne penses pas que tu manges des choses que tu n’aimes pas donc tu manges beaucoup, cela créer une sensation de plaisir car c’est pas mauvais sauf que comme c’est en excès, ensuite cela te fais souffrir et tu reproduis le même schéma soit en mangeant en excès des choses que tu aimes ou en te privant de manger qui te fais aussi souffrir. Essaies de manger en excès des aliments que tu n’aimes pas, moi par exemple je n’aime pas les betteraves, le hareng, la viande rouge.. Si je mange beaucoup de cela, je vais être dégoûté donc je n’aimerai plus manger en excès des aliments de surcroît, quand je n’aime pas cela. Ensuite, tu dois trouver un substitut car si tu ne fais qu’anihiler la source de la douleur mais que tu ne remplaces pas cela par un plaisir, cela ne peut fonctionner. Une fois que tu as dissociés manger trop avec qualité de ce que tu manges, cherches des aliments qui te font du bien. Il ne faut pas écouter les nutritionnistes qui te disent qu’il faut manger un peu de tout.. Tu dois manger des aliments alcanisants pour le corps, ce sont les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales, les graines et les plantes…. Bien manger ne rime pas avec saveur mais avec légèreté, une fois que tu as mangés tu dois te sentir légère et revigorée et non lourde et fatiguée. Sers toi de cela, je te souhaite plein de courage et tu ne peux que y arriver. »

Publié dans Développement personnel, Energie, Plan du site, Santé | Laisser un commentaire

Regle de bourse n°2


Après cette première règle de bourse qui permet d’acheter une action quand la valeur de celle-ci est inférieure à son prix de revient unitaire, il existe une deuxième règle de bourse à respecter.

Celle qu’on appelle le PER ou ratio cours sur bénéfices.

Ce qu’il faut déjà faire remarquer comme l’a mis en exergue MJ De Marco dans son livre, L’autoroute du millionnaire la bourse reste avant tout un actif pour consolider une richesse déjà existante comme avec l’entrepreneuriat ou l’immobilier.

En effet, il cite que les intérêts composés sont de la poudre aux yeux pour la classe pauvre ou moyenne. Si l’on veut mettre l’accélérateur, ce qui compte au préalable consiste à utiliser un levier de richesse ou plusieurs dupliquables (plus facile à dire qu’à faire) et qui touchent un maximum de monde.

Ce blog peut en être un même s’il n’a aucune vocation commerciale, un livre, de la vente sur internet, des vidéos YouTube grâce à de la publicité….

Chacun voit midi à sa porte et MJ DeMarco rappelle surtout qu’il y a d’un côté, les producteurs et de l’autre, les consommateurs.

A vous de devenir un producteur légitime au lieu d’un consommateur non conscient.

Si l’auteur repousse l’idée que le salariat permet d’atteindre la liberté financière au même titre que la bourse (parle des fonds communs de placement des banquiers et beaucoup de gens aussi ne savent pas investir donc préfèrent diversifier mensuellement..) car réservé à la voie lente, il faut noter cette citation qui dit: « Il vaut mieux connaître quelque chose de tout, plutôt que de tout savoir d’une chose. »

En gros, ce que cela signifie concrètement c’est que l’on peut rester ignorant de beaucoup d’éléments et que la conjugaison d’ingrédients mis bout à bout va créer une différence et peu importe à quel niveau l’on débute.

A titre personnel, si à ce jour je possède à 33 ans pour 1 200€ d’actifs nets (après charges et impôts) en immobilier, plus de 10 000€ en bourse depuis aussi 3 ou 4 ans qui ramène du bénéfice net chaque année, un travail correct, de l’épargne de côté non placée (demandez pourquoi à MJ DE MARCO 😉…) ceci n’est pas seulement parce que je suis encore salarié et ni afin de se mettre en valeur mais dans le but de vous encourager.

Tout est possible, il suffit d’y croire et tout le monde n’aime pas utiliser la valeur d’autres personnes pour aboutir à ses objectifs.

Il existe bien d’autres moyens et très légaux d’accroître sa marge brut d’autofinancement de manière à remplacer à terme, son travail par d’autres revenus.

Mais il s’avère réel que cela ne peut se faire grâce aux intérêts composés ou d’attendre 45 ans de dur labeur. Se bouger et réfléchir par soi même, voici les deux clés.

Pour en revenir au PER, il s’agit d’un indicateur qui compare la valeur d’une entreprise avec ses profits ou le cour d’une action avec le bénéfice net par action (BNA).

Admettons que le BNA qui correspond au bénéfice net de la société (CA×quantité- charges-impots..) divisé par le nombre d’actions qui composent son capital, s’élève à 20 cts par actions ou alors à 2€ et que le cours d’une action se hausse à 50€ ou 100€.

Que cela signifie?

Ce que l’on doit retenir de cette équation est que si le PER est plus bas qu’une autre action identique avec le même cours ou par rapport aux années précédentes, il est plus avantageux d’y investir.

▪ Si le cours de l’action est de 50€ et que le BNA est de 2 cela veut dire un PER de 25.

▪ Si le cours de l’action est de 50€ et que le BNA est de 1,5 cela veut dire que le PER est de 33,33.

▪ Si le cours de l’action est de 55€ et que le BNA est de 1,5 cela veut dire que le PER est de 36,66.

………………………………….

Donc en deux mots pour bien savoir quand investir:

– La valeur de l’action doit être basse (cf. article précèdent) et le BNA haut.

C’est tout?

Oui ou presque car si l’action augmente à 55 et que le BNA reste à 2 alors on a 27,5 de PER ou si le BNA baisse encore comme à 1,5 alors on passe à 36,66.

Le tout réside dans le choix et chacun d’eux se basent sur la qualité de ceux ci. Plus on réalise de bons choix et plus aussi, on a du succès.

Donc bien sûre, qu’il ne faut pas uniquement évaluer la valeur de l’action par rapport à son prix de revient et sa valeur historique moyenne ainsi que le niveau de son PER mais surtout, si la société fait des bénéfices après actions (BNA positif et non négatif) et depuis combien de temps.

En faite, le BNA peut être même très faible mais si l’action suit cela donc baisse également, tant que l’activité reste dans le vert alors il demeure possible d’investir en ayant un bon PER (donc faible).

Le PER peut aussi être haut temporairement lors d’une fusion acquisition d’entreprises où il y a un appel d’offres auprès d’actionnaires donc à manier avec précaution.

Enfin, la valeur de l’action peut diminuer et le BNA augmenter quand même mais cela est souvent l’indice, d’une activité trop fluctuante (la société dépend trop de ses actionnaires en baissant la valeur de l’action tout en augmentant le dividende pas souvent versé si pas de bénéfices) avec un résultat net qui passe du négatif au positif en fonction de son nombre d’actions en circulation comme dans le cas de Rallye. Un PER ne peut se calculer tant que le BNA reste négatif même s’il augmente.

Le tout consiste à savoir quand investir et quand ne pas le faire.

Il y a cette première stratégie qui consiste à lisser le risque en investissant chaque mois la même somme sur une même action comme par exemple 200€ sur une action qui coûte 50€ pour en acheter parfois 3 ou 4. Dès lors qu’elle verse du dividende et qu’elle n’a pas de trop grosses vagues, elle a le mérite de fonctionner sur de la durée s’il n’y a pas de crises…

Mais pour être plus certain de résister aux krash (comme en 2008) et qui peuvent anéantir des années de cotisation mensuelle pour au final ne récolter que des pâquerettes, il vaut mieux se révéler patient, attendre son heure en checkant au moins une fois par semaine le portefeuille virtuel rempli par vos soins et placer ensuite, une somme importante en une fois sur une seule action (ce qui diminue aussi les frais) quand le moment s’y prête.

Ce moment, c’est quand son cours est bas et inférieur à son prix de revient unitaire et identique ou inférieur à sa valeur historique moyenne et que le montant du PER reste plus faible que les années précédentes.

Vous savez maintenant comment procéder donc à vous de jouer mais sans laisser le hasard vous maîtriser.

Celui ou celle qui ne contrôle pas sa langue parle pendant que d’autres ont déjà finis de l’écouter.

Publié dans Argent et liberté, Bourse, Générer argent, Investir, Plan du site | Laisser un commentaire

Regle de bourse


Dans la stratégie qui consiste à acheter quand la valeur réelle ou estimée de l’action est pas chère, ce qu’il faut surtout savoir évaluer c’est la valeur de l’action et au regard de son prix de revient unitaire (PRU).

Celui là correspond au montant net de l’action après que l’on rajoute les frais d’achat (du courtier) et de vente (pondération moyenne en fonction du cours de l’action acquis avec un montant qui évolue et différe selon la période d’achat).

Il existe une règle simple à comprendre.

Quand la valeur estimée et/ou le prix de l’action est supérieure à celle de son prix de revient donc en plus value alors il vaut mieux ne pas acheter voire même de vendre.

A l’inverse, si le cours réel ou valeur estimée de l’action se révèle bien inférieur au prix de revient de celle ci donc en moins value et même si l’on ne sait pas jusqu’où il peut descendre (voir son historique moyen ou montant de l’action la plus basse depuis 5 ans..), là il s’avère bien plus avantageux d’acheter.

Par exemple en ce moment (fin d’année 2018), le cours de l’action Amazon sur un compte titres se monte à plus de 1 350$ ou 1 200€ environ mais son prix de revient ne coûte qu’environ 950$ et sa valeur historique moyenne en € est de 874€ sur cette même période.

Il y a des gens qui croient faire une bonne affaire car le prix de revient de cette action est bas comparativement à sa valeur réelle. Cela veut seulement dire que les frais son bas pour l’entreprise car l’action grimpe.

– Allez vous pour autant payer 950$, non c’est bien 1 350$ sur lequel se retranche les frais du courtier car il y a la valeur de l’achat de l’action boursière sur le marché et celle du courtier donc pour une action qui coûte 1 350$ en réalité, c’est plus proche des 1 355$ (vous payez 1 350 mais votre portefeuille n’est que de 1 345$) donc 5$ de pertes dès le départ entre 1 000 et 1 500€ d’achat par ordre (1 seul peut grouper plusieurs fois la même action).

Acheter au plus mauvais moment signifie que l’action créer la surenchère quand beaucoup se précipitent dessus ou qu’il y a une augmentation soudaine du chiffre d’affaires et ensuite retombe comme un soufflet une semaine plus tard. Celle ci se gonfle artificiellement ce qui par effet concordant, donne un prix de revient plus faible pour la société émettrice du titre et en termes de valeur au regard du nombre d’achats ou acheteurs.

S’il y en a plus, le montant des frais que coûte cette action est moindre mais uniquement pour la société qui la propose 😂.

Si l’on veut vulgariser cet aspect, il faut parler de bulle spéculative. Ce sont le nombre d’acheteurs plus importants à une période x comme à Noël pour Amazon qui augmente la valeur de l’action au regard de son prix de revient et dépasse de loin sa valeur moyenne.

Ceux qui gagnent ne sont pas ceux qui achètent mais ceux qui ont déjà achetés et vont s’apprêter à revendre.

En comparant à l’instant t, le cours d’Amazon et celui d’Apple et le prix de revient alors avec Apple, c’est 151$ ou 133€ environ de cours au 23 décembre 2018 et 173$ environ de prix de revient. Sa valeur historique en euros s’élève à 147€. Les frais du courtier sont de 2,50€ l’ordre pour une action inférieure ou égale à 1 000€.

– Selon vous, quelle action avez vous un intérêt à acheter ou à ne pas acheter?

– Celle avec un prix de revient plus bas ou plus haut?

– Celle qui coûte plus cher ou moins que son prix de revient?

– Celle qui se rapproche au plus prêt de sa valeur historique moyenne ou celle qui s’en éloigne?

– Celle avec des frais d’achat plus faibles (passer 2 ordres d’achat inférieur ou égal à 1 000€ pour x actions avec des frais de 2,50€ par 2 revient au même que d’acheter au dessus de 1 000€ avec 5€ de frais) ou identiques mais avec un potentiel croissant ou celle qui risque de retomber de plus belle une semaine après.

– Celle quand il y a beaucoup d’actionnaires qui achètent ou peu d’actionnaires?

– Celle qui baisse la valeur de l’action quand elle génère des bénéfices ou celle qui l’augmente afin d’en créer encore plus?

– Celle qui distribue des dividendes ou celle qui méprise toutes les règles du marché, exploite, délocalise et défiscalise dans les paradis artificiels?

A vous de trouver la réponse (qui n’est pas toujours que la A ou que la B) si ce n’est pas encore le cas ou sans vouloir aussi aller trop loin dans la comparaison..

Si vous comprenez le jeu de l’offre et de la demande, vous pouvez commencer réellement à devenir un bon pro gamer comme aux jeux vidéo afin de maîtriser les principes du marché.

Publié dans Bourse, Générer argent, Investir, Plan du site | Marqué avec | Laisser un commentaire

Discipliner son esprit


Pour apprendre à formaliser de bonnes habitudes et pratiques saines tout au long de sa vie, il est utile de développer une discipline pour y arriver.

Celle ci doit être simple, réalisable et dupliquable.

Admettons que l’on veuille mieux se reposer et dormir la nuit alors, certaines règles doivent se définir.

L’esprit et le cerveau est très malléable et s’il ne se gouverne pas, c’est lui qui domine. Il faut donc savoir se donner des ordres mais qui deviennent au fil du temps naturels.

L’on peut pratiquer une sieste que de 20 minutes maximum et une ou deux fois par jour, mettre le réveil à la même heure sur une longue période (comme un horaire en saison hiver et un autre en saison d’été), se coucher en ne dépassant pas une certaine limite comme 22h30, stopper les écrans au moins une heure avant d’aller au lit, lire ou méditer…

Se discipliner dans un domaine aide aussi plus facilement à s’y appliquer dans d’autres. Il s’agit d’un cercle vertueux qui amène à bouleverser progressivement son quotidien mais en mieux.

Commencer petit dans une chose qui tient à coeur et percevoir les résultats concrets aboutit à une grande source de satisfaction et motive à continuer sur de nouvelles, tout en conservant celles déjà acquises.

Si l’on sait marcher, nager, lire ou compter, on peut encore assimiler pleins d’autres savoirs habilitants et peu importe l’âge. Le seul décisionnaire, vous le connaissez déjà.

– Avez vous honte de vous?

– Vous sentez vous frustrés de ne pas vivre pleinement?

– Est ce que vous vous mettez une pression trop forte et pas la bonne?

▪ Tant mieux, quand on commence à prendre conscience de ce qui ne va pas, on réalise déjà une partie du chemin.

Afin de le compléter, un accompagnateur va servir de guide. En faite, la bonne approche consiste à se nourrir de l’expérience de ceux ayant déjà tracés la voie que vous souhaitez suivre.

Il s’avère plus simple de franchir un obstacle si vous savez par quel moyen s’y prendre.

La discipline se copie et surtout, se transforme progressivement. Tous les bébés animaux ou humains imitent leurs parents. Quand un nouveau produit sort sur le marché, il passe l’épreuve du terrain et si celle ci se révèle concluante, elle reste en mémoire pour se renouveler différemment.

Tracer une typologie et ensuite tester par expériences successives facilite la maîtrise d’un acquis. Tout s’apprend, seul le temps et la volonté diffèrent.

Se discipliner à la discipline, voici la clé. Mettre des rituels en place l’un après l’autre, s’y tenir et continuer.

– Est ce difficile?

Non alors faîtes le et ne trouvez pas d’excuses.

 

Publié dans Accomplissement, Développement personnel, Efficacité, Motivation, Plan du site | Marqué avec | Laisser un commentaire

Garder la tete froide


C’est pendant les périodes de grands bouleversements, changements qu’il faut savoir garder la tête froide et observer de loin le spectacle.

En effet, il y a des gens qui arrivent à se réjouir quand d’autres se plaignent.

Lorsque les manifestations font feu, que les heurts reprennent de plus belle et que la révolte gronde, certains détectent une aubaine.

Les commerces ne se portent pas mal pour tout le monde comme les actionnaires qui investissent dans Renault ou Carrefour, de belles sommes.

Warren Buffett, le grand boursicoteur expliquait que même si la bourse augmente, il y a des cycles de baisses comme tous les huit ans ou lors de certains grands faits.

C’est souvent aussi là que quand le marché des actions diminue, les obligations elles augmentent et inversement. S’il s’avère intéressant de disposer de ces deux types de portefeuille donc d’obligations plutôt sécuritaires comme sur un PEA et d’actions de grands groupes ou de trackers répliquants, la connaissance des émotions est primordial.

Il n’y a pas besoin d’être très intelligent (rationnel) pour investir mais la maîtrise de ses émotions permet d’obtenir de bons résultats.

Agir en restant calme et serein comme grâce à la méditation et l’écoute de son esprit, facilite la prise de décisions porteuses de succès.

Publié dans Argent et liberté, Bourse, Développement personnel, Générer argent, Plan du site, Richesse | Marqué avec | Laisser un commentaire

Secrets de richesse n°9


De nouveaux secrets de richesse à connaître, comprendre, assimiler et appliquer et les voici:

L’effet de levier consiste à utiliser un bras de levier le plus long possible sans que l’objet à soulever soit lourd et qu’il ne cède. En investissement immobilier, la durée idéale de prêt est de 20 ans afin d’obtenir un cashflow facile sans une augmentation importante du coût de crédit.

– Pour dégager du cashflow chaque mois, il faut savoir réfléchir à la meilleure stratégie d’exploitation comme en collocation ou saisonnier, la meilleure stratégie de marché comme acheter des T3 s’il y a un surplus de T2 pour profiter de la pénurie et louer plus cher, la meilleure stratégie de travaux pour valoriser le bien tout en créant du déficit sans impôts, la stratégie à l’achat sur le marché caché des agences immobilières, marchands de biens et notaires.

– Investir sur une durée plus longue permet de faire baisser le taux d’endettement voire de l’effacer ou d’accroître sa capacité d’emprunt afin de réinvestir plus vite. Aussi en mode fiscal au réel, il est possible encore de réduire le montant du taux d’intérêt grâce à la déduction des intérêts d’emprunt.

Faire des travaux par des artisans en locatif valorise un bien et permet aussi de réduire ses impôts à hauteur de sa tranche marginale pour chaque euro dépensé.

– Les banques quand elles calculent le taux d’endettement sur du locatif ont le choix d’appliquer la compensation des loyers ou non. Dans le premier cas, elles déduisent en soustrayant du montant de prêt mensuel, l’équivalent de 70% des loyers et dans le deuxième cas, ses loyers pondérés sont ajoutés aux autres revenus.

CAS 1:

– Crédit mensuel= 400€

– Loyers pondérés à 70%= 500€×0,70 donc 350€ avec comme exemple 500€ de loyers hors charges mais cela peut aussi être 600€ ou 800€ de loyers..

– Revenus mensuels (salaires, entreprises..)= 2 000€

Résultat:

▪ 400€-350€= 50€

▪ 50€/2 000€= 0.025 donc 2.5% de taux d’endettement en multipliant par 100.

– Pour 600€ ou 420€ (pondérés de 70%) de loyers hors charges mensuels, cela donne:

▪ 400€-420€= -20€

▪ 20€/2 000€= 0,01 donc 1% non pas de taux d’endettement mais de capacité d’emprunt supplémentaire.

CAS 2:

▪ 400€/(2000€+350€)=

▪ 400€/2 350€= 0,17 donc 17% de taux d’endettement en multipliant par 100.

– Pour 600€ ou 420€ de loyers (70%) cela donne:

▪ 400€/(2000€+420€)=

▪ 400€/2 420€= 0,16 donc 16% de taux d’endettement.

La première méthode de calcul est plus avantageuse et dépend des banques, du conseiller, du projet et de vos arguments.

Négocier la gratuité des remboursements anticipés au lieu de payer 3% du capital restant dû ou 6 mois d’intérêts et/ou la double mensualité une fois l’an (13 au lieu de 12) permet sur du locatif ou de la résidence principale, de réduire significativement le coût du crédit, des intérêts et de l’assurance emprunteur qui diminue à chaque remboursement.

– Le coût des intérêts payés et de l’argent est tellement peu élevé qu’il vaut mieux rester locataire et emprunter pour investir au lieu de vouloir chercher la sécurité qui appauvrie au fil du temps.

– Un salarié paie en moyenne 23% de prélèvements sociaux sur salaire et n’a que 10% d’abattement fiscal tandis qu’un investisseur immobilier paie 17,2% de prélèvements sociaux et bénéficient d’un abattement de 30, 50, 70 ou 100% en fonction du choix d’investissement (non meublé, meublé, saisonnier, réel, sci..).

– Le prélèvement à la source sur salaire se fait chaque mois sur les revenus du travail et chaque trimestre ou qu’en septembre pour les revenus locatifs. Les entrepreneurs ont aussi le choix d’être imposés qu’en fin d’exercice après bilan.

– En bourse, il existe des Etf sur plus de 1 600 entreprises différentes et ceci à des coûts de droits d’entrée de moins de 10€ comme de type Lyxor Core MSCI World sur comptes titres. Cela est une bonne manière de rentrer sur le marché des actions S&P 500 et tout en payant très peu chers. De plus, il s’agit d’un tracker capitalisant qui réinvestis automatiquement les dividendes.

Se former reste la clé et manifester son désir doit se trouver à l’intérieur de soi et sans besoin de trouver le temps de réclamer son dû après y avoir contribué soi même indirectement. La personne riche ne cherche pas d’excuses mais trouve des solutions.

 

Publié dans Argent et liberté, Plan du site, Richesse | Laisser un commentaire

Faire le bilan


La fin d’année est souvent l’occasion propice pour établir le bilan des jours, semaines et mois passés. Même s’il faut veiller à garder une ligne de route régulière, c’est arrivé courant décembre que l’on trace le chemin parcouru.

Cela permet aussi de savoir si l’on a progressé, régressé ou stagné mais de façon générale, la vie ne symbolise pas une ligne droite et soit, on avance ou l’on recule.

Il faut se rendre capable de tirer une liste et ceci dans différents domaines comme:

– Le travail en général

– L’argent et le matériel

– La santé et énergie

– Les relations avec soi et les autres

– Le savoir habilitant et développement personnel

– La liberté en termes de moyens, temps et mouvements

– L’ouverture d’esprit à son environnement, la nature et aux êtres vivants (même les plantes)

– Les qualités humaines comme le courage, la vérité, la bonté, la sérénité

– L’intelligence et savoirs faire ou être pratique

– La maîtrise de ses émotions et opinions envers celles ci

Etc……

Une fois que vous avez une première ébauche de critères à jauger, classer ensuite par ordre de priorité ce qui semble le plus important facilite le ou les points sur lesquels on doit se pencher pour faire évoluer les choses.

Peut-être aussi que vous pouvez être satisfait de votre situation financière actuelle ou de votre santé donc par conséquent, vous allez maintenant passer à un autre domaine.

Cela ne signifie pas pour autant de s’arrêter là à ce qui est déjà bien mais continuer de se former encore et encore grâce à la fixation d’objectifs réguliers.

Etablir des petits objectifs voire même de sous objectifs aide finalement à progresser plus vite et à avancer dans tous car en vérité, chacun se lient entre eux.

Vous arrivez difficilement à rester en bonne santé avec trop peu de moyens et encore moins, apprendre sur les finances ou la gestion du temps si vous en manquer.

Ce qu’il faut, c’est de regarder les choses en toute objectivité et ne pas croire qu’un élément extérieur comme le gouvernement va nous aider.

Si tu veux y parvenir, il faut le faire toi même ou grâce à l’aide des autres et des outils à ta disposition sur lequel tu as du contrôle. Comme dit la fameuse expression: « aides toi et le ciel t’aidera. »

Les bonnes résolutions ne tiennent souvent pas longtemps car nous ne savons pas rester lucide sur sa situation actuelle et les éléments passés qui l’on façonnée.

Au lieu de croire en un avenir meilleur, il vaut mieux penser en un passé meilleur. En se projetant dans le futur comme dans cinq ans plus tard, on imagine sa vie pour la ramener aux actions précédentes et cela est identique pour aujourd’hui.

Revenir dans le passé est une manière de créer et formaliser dès maintenant ce que l’on veut demain. De toute façon, le temps évolue pareil donc il ne sert à rien de repousser l’échéance.

Il y a ce moment où l’on dit stop ce qui signifie qu’un certain seuil de saturation a été atteint.

Commencer à comprendre que l’on est pas immortel amène alors à reconsidérer ses choix d’hier et ceux de demain.

Deux chemins s’offrent désormais à vous, celui qui se tourne vers le cycle de l’évolution ascendante ou de la lente et profonde descente aux enfers. Il n’existe pas de juste milieu et même pour ceux qui bénéficient des meilleurs médecins.

Une habitude reste une habitude et si elle demeure mauvaise, tant qu’on ne décide pas de la supprimer et/ou la substituer à une bonne habitude rien ne change.

A moins de mener une vie entière autour du mensonge ou déni de vous même et du monde extérieur, accrocher vous plutôt à chercher des indices afin de découvrir de nouveaux décors et sons plus lumineux et harmonieux.

En écoutant ce que dit votre voix intérieure, vous ne croyez plus à tout ce que l’on vous raconte. Le bon détective arrive à distinguer les faits des apparences pour ne finir par ne garder que la preuve indubitable ou du moins un faisceau suffisamment vérifiable.

On commence à grandir, dès lors que l’on arrête de vivre dans le doute et d’avoir peur. Ce qui trahit et mène à l’échec provient d’un trop grand manque de convictions et d’un caractère tiède et docile.

Si l’on reprend le pouvoir de son esprit, on ne s’arrange plus avec sa vie et les vérités qu’elle nous délivre mais décide consciemment de la façonner selon ses propres convictions qui ne demandent qu’à naître ou à devenir plus claires et limpides.

 

Publié dans Accomplissement, Développement personnel, Motivation, Plan du site | Marqué avec | Laisser un commentaire